Bilan

Le coworking franchisé débarque en Suisse

Le pionnier du coworking, IWG, fait preuve d'avant-gardisme en lançant le premier modèle de franchise de la branche en Suisse. L'expansion mondiale du concept de travail flexible a su convaincre la société de se développer davantage sur le territoire helvétique.

Avec une base de 40’000 m2 d’espaces de travail flexible, IWG prévoit de doubler cette surface au cours de l’année.

Crédits: Pixabay

La tendance du coworking et du travail flexible ne faiblit pas depuis près de trente ans. IWG (anciennement Regus), l’opérateur qui compte aujourd’hui 3'300 sites répartis à travers le monde, et ce, dans plus de 110 pays en est la preuve. Avec à présent 35 espaces de travail en Suisse, IWG s’ouvre à la franchise.

IWG table sur la franchise

Premier opérateur à lancer un modèle de franchise sur le territoire helvétique, IWG promet à ses futurs franchisés un soutien marketing et un accès

direct à son réseau de clients (présents et potentiels). Gary Gürtler, son directeur général est d’ores et déjà convaincu par son modèle. «Le marché du coworking augmente de 30% par an depuis 2016, c’est donc un investissement intéressant pour ceux qui souhaitent diversifier leur portefeuille», commente-t-il.

«Les taux d’investissement, de chiffre d’affaires et la rentabilité du modèle de franchise étant uniques, le retour sur investissement devrait s’élever à 20%», indique le dirigeant. Pendant ce temps, IWG poursuit son développement rapide en Suisse depuis plusieurs années et compte sur ce modèle de franchise pour accélérer encore davantage cette croissance. Partant d'une base de 40’000 m2 d’espaces de travail flexible, IWG prévoit de doubler cette surface au cours de l’année, notamment avec l’arrivée de nouveaux sites dans de multiples villes.

Un élargissement national

Cinq nouveaux sites ont déjà ouvert leurs portes au cours du premier trimestre de 2019 et quinze autres espaces devraient éclore d’ici la fin de l’année. Genève verra ainsi leur nombre passer de 6 à 11. Pour le moment concentré essentiellement sur les grandes agglomérations telles que Zürich, Zoug, Bâle, Genève et Lausanne, le système de franchise permettra à IWG d'intégrer des villes de taille plus modeste comme Fribourg, Neuchâtel ou Sierre, afin de créer un maillage national.

Ainsi, IWG s’est fixé comme objectif d’exploiter un réseau de 100 sites en Suisse, totalisant 150'000 m2 d’espace de travail avant 2025. Garry Gürtler se réjouit du développement actuel, «le travail flexible se répand en Suisse, 97% des répondants helvétiques d’une de nos études confirment que la productivité au sein de leur entreprise a augmenté grâce à une plus grande flexibilité au travail.»

De 15 à 150 opérateurs

L’expansion de ces lieux de coworking est un phénomène mondial. Londres, Paris, New York ou encore Amsterdam ont adopté ce concept, représentant déjà plus de 5% du marché total des bureaux et IWG estime que cette part augmentera à 30% d’ici 2030.

Concernant la Suisse, la proportion de travail flexible est encore nettement inférieure à 1% bien que ce marché ait connu jusqu’alors une croissance rapide. Si aujourd'hui, 150 opérateurs cohabitent en Suisse, on en dénombrait seulement 15 cinq ans auparavant. Une évolution essentiellement due au foisonnement d’entreprises de services, l’excellent accès aux transports publics et aux infrastructures informatiques (5G), d'après Garry Gürtler. Un terrain favorable aux potentiels nouveaux franchisés.


Les avantages du travail flexible

Productivité accrue, coûts fixes moins élevés pour les bureaux, gain de temps de plusieurs millions d'heures: les avantages de la flexibilité sont nombreux. IWG prévoit d'ailleurs une augmentation de la valeur ajoutée brute suisse d'environ 44 millions de francs et jusqu'à 200'000 nouveaux emplois d'ici 2030. Selon une de leurs études, 214 millions de tonnes de CO2 et 18 millions d'heures pourraient ainsi être économisées annuellement dans le monde grâce à une réduction des temps de trajet. 

Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud, en passant par Neuchâtel pour effectuer ses deux ans de Master en journalisme, Julie Müller dépose à présent ses valises à Genève pour travailler auprès de Bilan. Quand cette férue de voyages ne parcourt pas le monde, elle se débrouille pour dégoter des mandats dans les rédactions de Suisse romande. Tribune de Genève, 24 Heures, L'Agefi, 20minutes ou encore Le Temps lui ont déjà ouvert leurs portes. Formée à tous types de médias elle tente peu à peu de se spécialiser dans la presse écrite économique.

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Entreprises

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."