Bilan

La Suisse occidentale veut les entrepreneurs

La Promotion économique de Suisse occidentale (GGBa) cible désormais les entrepreneurs étrangers plutôt que les sociétés, ainsi que les activités jugées décisives pour l’avenir.
  • La Promotion économique de Suisse occidentale (GGBa) cible désormais les entrepreneurs étrangers plutôt que les sociétés, ainsi que les activités jugées décisives pour l’avenir.

    Crédits: Dr
  • Thomas Bohn, directeur du GGBa.

    Crédits: Dr

Malgré le franc fort, l’adoption de l’initiative contre l’immigration de masse et l’abandon des statuts fiscaux spéciaux pour les multinationales étrangères, les dirigeants de la promotion économique exogène de Suisse occidentale (GGBa pour Greater Geneva Bern area) restent optimistes pour l’avenir. «Nous ne visons plus un objectif quantitatif, mais nous cherchons à faire venir des sociétés qui accroîtront la qualité du tissu économique de cette région», relève Jean-Nat Karakash, conseiller d’Etat neuchâtelois et président du GGBa (il regroupe les cantons de Genève, Vaud, Fribourg. Neuchâtel, Berne et du Valais). Ce changement de paradigme implique la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie de prospection au niveau international et par branche d’activités. 

Le GGBa, dont l’activité a permis d’attirer 51 entreprises en 2015, a ainsi redéfini les régions de la planète dans lesquelles il compte être proactif ainsi que le cahier des charges de ses dix représentants basés à l’étranger. Avec un collaborateur supplémentaire aux Etats-Unis (4 au total) et en France (3), le GGBa continue de miser sur ces deux pays. Si tant la Chine que le Brésil comptent toujours un employé chacun, ce n’est plus le cas de la Russie et de l’Inde.

«Ces deux marchés ont un potentiel plus limité. J’ai décidé de mettre en place une approche plus agile: ils sont maintenant prospectés depuis la Suisse avec des missions régulières», explique Thomas Bohn, directeur du GGBa. «Dans tous ces pays, nous visions jusqu’à présent des entreprises. Désormais, nous cherchons plutôt à convaincre des entrepreneurs à venir s’installer en Suisse occidentale. C’est un changement radical de stratégie», souligne Thomas Bohn.

De même, le GGBa cible davantage les activités les plus prometteuses des branches à fort potentiel de développement. Par exemple, dans les sciences de la vie, il compte sur l’oncologie et la nutrition dont les liens avec la pharma deviennent de plus en plus étroits, alors que dans les nouvelles technologies il mise sur le développement et la fabrication des drones. L’usine du futur ou l’industrie 4.0 intéressent aussi le GGBa.

«Dans tous ces domaines, notre région dispose de nouveaux atouts concurrentiels avec les antennes du Parc suisse d’innovation qui ont commencé leurs activités au début de cette année», constate Thomas Bohn. Ce dernier est convaincu que chaque canton dispose de ses propres spécificités pour renforcer son tissu économique. 

Nouvelle arrivée

Le GGBa compte aussi sur son service de veille économique pour créer de nouveaux emplois. «Nous sommes attentifs aux sociétés qui lèvent plusieurs millions de francs et qui envisagent de croître sur le plan international», indique Thomas Bohn. Et de promettre l’implantation, d’ici à la fin de cette année, d’une importante société présente dans l’informatique.

Les responsables du GGBa estiment que la 3e réforme de l’imposition des entreprises apportera clarté et sécurité juridique aux entreprises étrangères. Mais Jean-Nat Karakash avertit: «Il faut que la nouvelle législation évite à tout prix de créer des brèches permettant d’interpréter les dispositions fiscales. Sinon, certains cantons s’y engouffreront rapidement pour proposer de meilleures conditions que d’autres.» 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."