Bilan

La justice américaine accorde une semaine de sursis à Volkswagen

La justice américaine a étendu jusqu'au 28 juin le délai imparti à Volkswagen pour transmettre ses propositions d'indemnisation des automobilistes américains.

La facture pour Volkswagen des mesures correctives aux Etats-Unis n'est pas encore connue.

Crédits: Reuters

La justice américaine a étendu une nouvelle fois, jusqu'au 28 juin, le délai imparti au constructeur automobile Volkswagen pour transmettre ses propositions d'indemnisation des automobilistes américains dans l'affaire des moteurs diesel truqués.

"Au vu de la nature extrêmement technique de la proposition d'accord et de la complexité des procédures", la cour de San Francisco en charge du dossier "étend le délai", fixé jusqu'ici au 21 juin, au 28 juin à minuit, selon un communiqué. Ce délai avait déjà été étendu d'avril à juin.

Une audience est programmée pour le 26 juillet en vue de valider l'accord.

Coupable d'avoir trafiqué les moteurs diesel de 11 millions de véhicules dans le monde pour falsifier les résultats de tests anti-pollution, le groupe Volkswagen n'a toujours pas réussi à se mettre d'accord avec les autorités sur les modalités de remise aux normes des voitures et d'indemnisation des quelque 500.000 automobilistes concernés aux Etats-Unis, le pays dans lequel le scandale a éclaté en septembre dernier.

Un accord de principe entre le constructeur et la justice a été annoncé en avril. Il prévoit des "compensations importantes" pour les propriétaires de plus de 480.000 voitures à moteur deux litres, que le constructeur allemand va proposer de racheter ou modifier gratuitement.

Volkswagen, propriétaire entre autres des marques VW, Audi, Porsche et Seat, a déjà commencé les rappels de véhicules en Europe, mais sans compensations financières.

La facture pour Volkswagen des mesures correctives aux Etats-Unis n'est pas encore connue.

Le groupe, qui doit présenter jeudi ses nouveaux axes stratégiques, a passé des provisions de 16,2 milliards d'euros dans ses comptes pour faire face aux suites du scandale. Pour 7 milliards, ces provisions couvrent des risques juridiques.

Aux seuls Etats-Unis, l'accord amiable visé par Volkswagen avec les autorités ne met en effet pas fin à l'enquête pénale lancée par le département de la Justice (DoJ), ni aux éventuelles actions judiciaires engagées par des clients, le tout pouvant donner lieu au paiement d'importantes pénalités et dommages et intérêts.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."