Bilan

La dame de fer qui dynamise Nestlé

A la tête de la région Asie, Wan Ling Martello est actuellement occupée à faire ses preuves. Cette Américaine aux racines chinoises est la favorite des analystes comme prochain CEO.

Wan Ling Martello incarnerait «le renouveau dont a besoin Nestlé».

Crédits: Dr

Elle est loin d’avoir le profil type des CEO de Nestlé. D’abord, Wan Ling Martello, 58 ans, n’est ni Européenne ni Américaine. Ensuite, c’est une femme. Et elle n’a pas effectué toute sa carrière dans la multinationale veveysane, comme le veut la coutume. Au contraire, elle a accumulé les expériences aux Etats-Unis, notamment chez Kraft Foods et Nielsen.

Lire aussi: Nestlé croit au potentiel de croissance en Chine

Chez Walmart, elle a été en charge des marchés émergents et de l’e-commerce. Vice-présidente de Nestlé pour les régions Asie, Océanie et Afrique subsaharienne (AOA), la manager est la favorite des analystes pour succéder au CEO Paul Bulcke. Un passage de témoin qui se dessine à l’horizon 2017.

La crise des nouilles au plomb à son menu en 2015

Née aux Philippines dans une famille d’origine chinoise, l’Américaine Wan Ling Martello maîtrise le mandarin, le hokkien (Singapour) et le tagalog (Philippines).
Elle est très attendue sur les chiffres de la croissance en Asie pour 2016, une région qui représente à elle seule 20% du chiffre d’affaires de la compagnie. Arrivée à son poste en mai 2015, elle a dû aussitôt faire face à la crise des nouilles Maggi en Inde. Présentant une teneur en plomb anormalement élevée, quelque 400 millions d’emballages ont dû être détruits. En réaction, la manager a aussitôt licencié le responsable du marché indien. 

«Cet épisode a eu un gros impact sur la croissance et la marge du groupe, les rabotant tous deux de 30 points de base (0,3%)», indique Jean-Philippe Bertschy, chez Vontobel. Jon Cox, de Kepler Cheuvreux, prolonge: «Cet accident devrait coûter au total un milliard de francs à la compagnie.» D’après un insider, «Wan Ling Martello, réputée pour sa main de fer, a été nommée pour faire le ménage en Asie».

Lire aussi: Nestlé a de nouveaux problèmes avec ses nouilles en Inde

Parallèlement, Wan Ling Martello siège depuis le 1er septembre 2015 au conseil d’administration du géant chinois de l’e-commerce Alibaba. Selon le fondateur Jack Ma, l’expertise de la manager doit profiter à l’internationalisation et à la croissance de la firme de Hangzhou.

Pour Nestlé, qui a conclu en janvier un partenariat stratégique avec Alibaba, la businesswoman est la personne clé pour réussir sur un marché en plein boom, grâce au canal des ventes en ligne. «Contribuant à hauteur de 7% au chiffre d’affaires, la Chine s’affirme comme un défi prioritaire pour Nestlé. La firme a entrepris de décliner des produits traditionnels chinois sur le mode industriel et d’explorer différents moyens de distribution, dont notamment l’e-commerce», détaille Jon Cox.

«Une performance spectaculaire»

Lors de son passage à la tête des finances du géant veveysan entre 2012 et 2015, l’Américaine a fait baisser le fonds de roulement de 8 à moins de 5%. «Il s’agit d’un record chez Nestlé. Une performance spectaculaire de sa part», commente Jean-Philippe Bertschy. Avec l’objectif d’optimiser la rentabilité et la gestion des ressources, elle a sensiblement réduit les stocks. La manager a encore relié le fonds de roulement et le retour sur capitaux investis (ROIC) à un système de prime pour le management. «Cette personne incarne le renouveau dont Nestlé a un urgent besoin», selon Jean-Philippe Bertschy.

Lire aussi: Nestlé s'associe à Alibaba pour sa distribution en Chine

Un observateur relève: «Wan Ling Martello a une approche beaucoup plus proactive que le reste de la direction dans la rationalisation du portefeuille des activités. Elle est sans concession. Et sans surprise, la vieille garde de Nestlé fait de la résistance.» Affaire à suivre.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."