Bilan

La Chine et les changes font baisser les ventes de Pernod Ricard

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux a annoncé jeudi un chiffre d'affaires en baisse de 7% au troisième trimestre.

Pernod Ricard emploie 19.000 personnes à travers le monde, dont 2.800 en France.

Crédits: AFP

Le français Pernod Ricard, numéro deux mondial des vins et spiritueux, a annoncé jeudi des ventes en baisse de 7% au troisième trimestre de son exercice décalé en raison d'un "effet devises très défavorable" et de la Chine.

Le chiffre d'affaires des trois mois achevés fin mars s'est élevé à 1,6 milliard d'euros, selon un communiqué publié par l'entreprise, propriétaire notamment de la vodka Absolut, du whisky Ballantine's et du pastis Ricard.

Sur les neuf premiers mois de l'exercice 2013/14, il atteint 6,18 milliards d'euros, en recul également de 7%.

Pernod Ricard confirme l'objectif annoncé en février, d'une croissance de 1 à 3% de son résultat opérationnel courant pour 2013/14.

Dans la cruciale région Asie/Reste du monde, les ventes ont reculé de 9% au troisième trimestre à 690 millions d'euros. Sur les neuf premiers mois de l'exercice, la baisse est de 12% à 2,4 milliards d'euros.

Dans cette zone, "l'activité est essentiellement impactée par la Chine, dont la baisse est accentuée, comme prévu, par un déstockage au troisième trimestre", explique le groupe.

Pernord Ricard souligne ses "bonnes performances en Inde" mais reconnaît une situation qui "reste difficile en Corée et en Thaïlande".

"Dans un environnement restant difficile, notre performance sur les neuf premiers mois s'inscrit dans la continuité du premier semestre et est en ligne avec nos objectifs annuels", estime Pierre Pringuet, directeur général du groupe, cité dans le communiqué.

"Nous n'attendions pas d'améliorations sur la Chine sur toute l'année" mais il n'y a "aucun doute que le marché chinois va rebondir", a précisé M. Pringuet à l'AFP.

L'activité du groupe a ralenti en Chine, à cause de l'intensification de la lutte anti-corruption, qui a incité les dirigeants à réduire leurs dépenses somptuaires et donc d'alcool haut de gamme.

Le cognac est particulièrement touché par cette évolution, notamment la marque Martell. Pernod Ricard n'est pas le seul touché: Rémy Cointreau a lui aussi vu ses ventes annuelles plonger en raison de l'effondrement de la demande pour son cognac Rémy Martin.

Mais Pernod Ricard souligne des résultats satisfaisants dans les autres régions du monde, avec une croissance, hors effets de change, de 4% sur les Amériques, grâce au Brésil, et 2% en Europe, grâce à l'Europe de l'Est.

"Notre présence globale permet de faire face à la situation chinoise, qui est un peu conjoncturelle dans le cadre de la transition politique", a précisé à l'AFP M. Pringuet. Le groupe cherche dans ce pays à "toucher davantage la classe moyenne en élargissant sa gamme".

En février, Pernod Ricard avait dû revoir ses objectifs à la baisse pour cette raison et avait annoncé un plan d'économies de 150 millions d'euros sur trois ans.

Ce plan est mis "progressivement en place car chaque pays a sa législation et ses règles", a expliqué M. Pringuet. Les choses sont bien avancées sur l'Europe et doivent encore être finalisées en Asie et sur le continent américain.

M. Pringuet s'est refusé à chiffrer les conséquences sur l'emploi, précisant seulement qu'elles sont en train d'être "clarifiées pays par pays", dans une démarche de "concertation".

Pernod Ricard emploie 19.000 personnes à travers le monde, dont 2.800 en France.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."