Bilan

La rentabilité 2020 de Zurich Insurance ploie sous l'effet du virus

L'assureur Zurich Insurance a fait les frais l'année dernière notamment des coûts provoqués par la pandémie de coronavirus. Le groupe zurichois a vu ses primes brutes quasiment stagner à 48,22 milliards de dollars (42,9 milliards de francs), alors que le résultat opérationnel (BOP) s'est contracté de 20% à 4,2 milliards. Le bénéfice net a quant à lui atteint 3,8 milliards, en repli de 8% comparé à 2019.

Ces résultats sont mitigés comparés aux prévisions des analystes interrogés par AWP.

Crédits: Keystone

Le groupe zurichois versera un dividende de 20,00 francs au titre de l'exercice écoulé, un niveau stable par rapport à l'année dernière, a-t-il précisé jeudi dans un communiqué.

Ces résultats sont mitigés comparés aux prévisions des analystes interrogés par AWP. Alors que les résultats opérationnel et net sont ressortis supérieurs aux attentes du marchés, le dividende est très légèrement inférieur aux 20,36 francs anticipés en moyenne.

Au total, l'assureur des bords du lac du Zurich a encaissé des charges de 852 millions de dollars liées au Covid-19 sur l'ensemble de ses activités. Dans l'assurance dommages et accidents, ces coûts ont atteint 450 millions, un montant escompté par la direction.

"Nous avons concédé à nos clients des remboursements de primes et des rabais, renoncé à des exclusions contractuelles de pandémie, ajusté des primes, renoncé à résilier des contrats et travaillé (avec les clients) pour établir des échéances de paiement et octroyé des réductions de loyers à des locataires", a énuméré le directeur général Mario Greco.

Selon le patron italien, "l'activité s'est bien développée avec une solide croissance dans la clientèle d'entreprises".

Objectifs confirmés


Dans l'assurance dommage et accident, les primes brutes ont certes augmenté de 4% à 35,52 milliards de dollars, mais la rentabilité (BOP) a chuté de 27% à 2,08 milliard. L'activité a subi l'impact des coûts liés à la pandémie et aux catastrophes naturelles. Son ratio combiné, qui mesure le rapport entre les primes encaissées et les frais déboursés, s'est dégradé de 2 points à 98,4%, se rapprochant dangereusement du seuil de rentabilité (établi à 100%).

L'assurance vie a quant à elle enregistré une contraction des primes brutes de 18% à 27,62 milliards de dollars, tandis que le BOP s'est contracté de 4% à 1,42 milliard.

Quant aux activités aux Etats-Unis avec le partenaire Farmers Exchanges, les primes brutes se sont contractées de 3% à 20,11 milliards de dollars et le BOP a reculé de 12% à 1,5 milliard.

Malgré une année difficile, Zurich Insurance a fait état d'un ratio sectoriel (Test suisse de solvabilité, SST) de 182%, en repli de 40 points de base comparé à l'année précédente.

Concernant les perspectives, le directeur général est resté vague, se contentant d'indiquer être "confiant" d'atteindre les objectifs fixés. D'ici 2022, le groupe vise un rendement des capitaux au niveau du résultat opérationnel après impôts supérieur à 14%, contre 11% en 2020.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."