Bilan

La nouvelle gouvernance de Renault-Nissan-Mitsubishi «fonctionne»

Après l'affaire Carlos Ghosn, l'alliance essaie de retrouver un équilibre. Le nouveau conseil opérationnel, créé par un protocole d'accord le 12 mars, est composé du directeur général exécutif de Renault, Thierry Bolloré, des PDG de Nissan et Mitsubishi, Hiroto Saikawa et Osamu Masuko, et de Jean-Dominique Senard, président de Renault et nouveau pilote du partenariat franco-japonais.

En redéfinissant ce fonctionnement en mars, les trois partenaires avaient aussi décidé de ne pas toucher aux participations croisées régissant l'alliance depuis sa naissance en 1999.

Crédits: Pixabay

La nouvelle gouvernance de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi "fonctionne" bien et s'attache à retrouver un fonctionnement plus équilibré qu'à l'époque de Carlos Ghosn, a déclaré lundi son président Jean-Dominique Senard.

"Les choses me paraissent beaucoup plus cadrées, plus affirmées et nous sommes déjà partis dans une nouvelle gouvernance qui fonctionne. Le premier conseil de cette alliance s'est réuni vendredi et (..) a eu une séance de travail extrêmement longue et forte", a-t-il dit sur RTL.

Le nouveau conseil opérationnel de l'alliance, créé par un protocole d'accord le 12 mars, est composé du directeur général exécutif de Renault, Thierry Bolloré, des PDG de Nissan et Mitsubishi, Hiroto Saikawa et Osamu Masuko, et de Jean-Dominique Senard, président de Renault et nouveau pilote du partenariat franco-japonais.

En redéfinissant ce fonctionnement en mars, les trois partenaires avaient aussi décidé de ne pas toucher aux participations croisées régissant l'alliance depuis sa naissance en 1999.

Chacun sa part

Renault détient 43% de Nissan qui en retour possède 15% de Renault, mais sans droit de vote, une répartition qui apparaît déséquilibrée aux yeux des Japonais compte tenu des performances de Nissan comparées à celles de Renault.

"Les questions de participations croisées ont trop occupé les esprits et ne reflètent pas la réalité de la situation", a ajouté le patron de Renault qui plaide pour un retour à "l'esprit" de l'alliance insufflé lors de sa naissance en 1999.

"Il n'y a pas de volonté de domination dans cette affaire-là et les choses fonctionnent bien avec Nissan et Mitsubishi quand ils ont le sentiment, comme nous, d'être traité à parité", a-t-il encore dit.

"Je voudrais que l'on fasse table rase du passé, il est temps de passer à l'avenir", a-t-il ajouté.

Les quatre dirigeants se retrouveront une fois par mois, en alternance à Paris et Tokyo, afin de prendre "par consensus" toutes les décisions opérationnelles importantes.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."