Bilan

La direction d'Adecco renonce à une partie de son salaire en 2020

La direction du géant de l'intérim Adecco a tenu son engagement en renonçant à une partie de sa rémunération en réponse à la crise de coronavirus. Le patron Alain Dehaze a perçu pendant six mois 80% de son salaire de base, et presque tous les autres membres de la direction générale du groupe 85%.

Le renoncement de la direction d'Adecco à une partie de son salaire avait été annoncé en mai dernier au plus fort de la crise de Covid-19.

Crédits: Keystone

Dans le rapport annuel publié mercredi, il ressort que la rémunération de M. Dehaze s'est montée à 3,43 millions de francs en 2020, contre 3,81 millions un an plus tôt. Celle de l'ensemble de la direction a été ramenée à 18,6 millions, après 22,2 millions.


Dans le rapport annuel publié mercredi, il ressort que la rémunération de M. Dehaze s'est montée à 3,43 millions de francs en 2020, contre 3,81 millions un an plus tôt. Celle de l'ensemble de la direction a été ramenée à 18,6 millions, après 22,2 millions.

Le renoncement de la direction d'Adecco à une partie de son salaire avait été annoncé en mai dernier au plus fort de la crise de Covid-19.

Le conseil d'administration également s'est serré la ceinture, avec 4,3 millions, contre près de 4,5 millions un an plus tôt. Il sied toutefois de signaler que cette diminution est essentiellement due à la rémunération du nouveau président Jean-Christophe Deslarzes (1,2 million), sensiblement inférieure à celle de son prédécesseur Rolf Dörig (1,5 million).

Le groupe zurichois a subi de plein fouet les effets de la pandémie en 2020, bouclant l'exercice sur un chiffre d'affaires en repli de 17% et glissant dans les chiffre rouges en raison d'un amortissement.



Le conseil d'administration également s'est serré la ceinture, avec 4,3 millions, contre près de 4,5 millions un an plus tôt. Il sied toutefois de signaler que cette diminution est essentiellement due à la rémunération du nouveau président Jean-Christophe Deslarzes (1,2 million), sensiblement inférieure à celle de son prédécesseur Rolf Dörig (1,5 million).

Le groupe zurichois a subi de plein fouet les effets de la pandémie en 2020, bouclant l'exercice sur un chiffre d'affaires en repli de 17% et glissant dans les chiffre rouges en raison d'un amortissement.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."