Bilan

L'ex-patron de Lonza a reçu des millions sans rien faire

En 2012, la société Lonza a versé 5,7 millions de francs à son ex-patron Stefan Borgas qui n'y travaille pourtant plus depuis mai dernier. C'est bien plus que ce que perçoivent les actuels dirigeants.
Dans la plupart des entreprises, le patron est en principe celui qui reçoit le plus gros salaire. Pas chez Lonza. L'ex-patron du groupe bâlois de chimie fine, Stefan Borgas, a perçu en 2012 5,7 millions de francs, alors qu'il a quitté la firme en mai. C'est 1,4 million de plus que le 2e plus gros salaire de la société, celui de son remplaçant, révèle mercredi le Tages-Anzeiger. C'est aussi plus du tiers du montant global alloué aux huit personnes qui composent la direction.

Le licenciement de Stefan Borgas avait été annoncé en janvier 2012. Le président du conseil d'administration Rolf Soiron avait alors indiqué que Lonza lui verserait les deux ans de salaire (917'000 francs par année) prévus par son contrat. Mais dans le rapport de gestion 2011 paru il y a une année, la notion d'indemnité de départ a fait soudainement son apparition. Elle prévoyait non seulement le versement de son salaire pendant deux ans, mais en plus un bonus encore non défini.

Bonus particulièrement coquet

Dans l'actuel rapport de gestion pour 2012, ce bonus a cette fois été défini et s'avère particulièrement juteux: Stefan Borgas a en effet perçu 3,3 millions de francs lors de son départ soit - ses deux ans de salaire déduits - 1,5 million de francs à titre de bonus. L'Allemand a encore reçu par la-dessus plus de 47'000 actions qui lui avaient été accordées pour les deux années précédentes. Au moment où il les a touchées, leur valeur s’élevait à 1,67 million de francs.

Pour son travail entre janvier et mai 2012, le Tages-Anzeiger rappelle que Lonza a payé à son dirigeant 670'000 francs sous forme de salaire et de bonus. Tous les millions qu'il a perçus en plus ont donc été versés pour rien, souligne le titre alémanique. D'autant que Stefan Borgas a retrouvé du travail puisqu'il dirige depuis septembre dernier l'entreprise de spécialités chimiques Israel Chemicals...

Le Tagi rappelle que l'initiative Minder sur les salaires abusifs acceptée par le peuple le 3 mars dernier vise à interdire justement ce type d'indemnités de départ et de bonus.

Rappelons que le groupe Lonza a annoncé fin janvier des résultats en forte progression en 2012 avec un bénéfice net en hausse de 18,2% à 182 millions de francs. Son chiffre d'affaires a bondi de 45,8% à 3,925 milliards.

Le groupe avait en outre annoncé fin octobre la suppression de 400 emplois sur son site de Viège (VS), soit près d'un poste sur sept, dans le cadre du projet de réduction des coûts «VispChallenge».
Christine Talos

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."