Bilan

L'EPFL teste de nouvelles capacités de stockage de Leclanché

Pour pallier les défauts des énergies renouvelables intermittentes, une batterie de capacité industrielle sera testée durant 23 mois à l'EPFL.

Le système mis en place à Ecublens doit surtout permettre de tester tout ce qui entoure le seul stockage de l'électricité: l'informatique, les logiciels et la gestion entre la production par les panneaux solaires et la consommation par les utilisateurs.

Crédits: Keystone

Pour pallier les défauts des énergies renouvelables intermittentes, une batterie de capacité industrielle sera testée durant 23 mois à l'EPFL. De la taille d'un conteneur maritime, le dispositif vise à assurer et contrôler un réseau électrique alimenté par des panneaux photovoltaïques.

Financé à hauteur de 2 mio CHF par le canton de Vaud, sur un coût total de 3,5 CHF, le projet doit permettre "de combler en partie cette lacune" des énergies renouvelables, a déclaré lundi sur le site de l'EPFL la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro, responsable du territoire et de l'environnement.

Ce projet est "porteur d'espoir" et doit rendre les énergies renouvelables "plus attrayantes". L'argent est pris sur le fonds de 100 mio CHF destiné à ce type d'objectifs. A l'avenir, un accent plus marqué sera mis sur le volet industriel, sur les subventions aux PME et l'assainissement des bâtiments, a annoncé la ministre.

Vice-président de la société vaudoise Leclanché, Fabrizio Marzolini a souligné que la technologie élaborée par son entreprise est au point, déjà fabriquée et vendue à différents clients. L'île de Graciosa (Açores) va disposer d'une centrale comprenant entre autres ces batteries.

HAUTES PERFORMANCES

Conçues avec des cellules Lithium-ion titanate, ces nouvelles "piles" permettent une charge et une décharge de grande puissance dans un temps record, sans parler d'une durée de vie beaucoup plus longue que les standards actuels, soit 15'000 cycles contre 3000 aujourd'hui. Des séparateurs en céramique garantissent en outre la sécurité du dispositif, selon le fabricant.

Un ferry électrique utilisé au Danemark contient 100 tonnes de ces batteries, a poursuivi Fabrizio Marzolini. Le conteneur inauguré lundi à l'EPFL est plus modeste avec une capacité de stockage de 500 kWh (consommation de 50 ménages par jour), même si cela représente quand même 200'000 batteries de téléphones intelligents.

Le système mis en place à Ecublens doit surtout permettre de tester tout ce qui entoure le seul stockage de l'électricité: l'informatique, les logiciels et la gestion entre la production par les panneaux solaires et la consommation par les utilisateurs.

"Nous allons connecter un des éléments les plus importants du réseau de l'EPFL", a relevé le professeur Mario Paolone. Cela permettra d'exercer "une gestion en temps réel" de l'énergie entre les différents intéressés et de faire "dialoguer les ressources énergétiques" dans une perspective de production d'électricité à l'avenir beaucoup moins centralisée qu'aujourd'hui.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."