Bilan

L’e-cigarette, un marché en plein essor

La cigarette électronique est devenue en quelques mois un «must have», cool et branché. Un marché florissant qui intéresse de plus en plus d’exploitants, malgré une législation encore floue.
  • Julian Solomon a ouvert en octobre une boutique

    The e-vape shop, rue du Cendrier à Genève.

    Crédits: Thierry Parel
  • Crédits: Thierry Parel

En Suisse, le marché naissant de la cigarette électronique est en pleine ascension. «Nous avons constaté un boom des ventes depuis août dernier», confirme Christian Lusser, porte-parole de Swiss Vape Trade Association. Le chiffre d’affaires généré par cette industrie est estimé par l’association à environ 14 millions de francs. Un business qui cartonne déjà en dehors de nos frontières avec plus de 2 millions de vapoteurs en France et plus de 7 millions en Europe pour un marché évalué à un demi-milliard d’euros – bien loin tout de même des 91 milliards générés par celui de la cigarette traditionnelle.

En Suisse, environ 1% de la population de 15 ans et plus vapote et 7% de la population aurait déjà testé l’e-cigarette, selon une étude encore en cours de l’Office fédéral de la santé publique. S’il existe peu d’éléments statistiques à ce jour, une chose est sûre, «le nombre d’utilisateurs d’e-cigarettes ne cesse d’augmenter», selon Alain Vaucher, président de l’association de vapoteurs en Suisse, Helvetic Vape. Et Christian Lusser de préciser: «Nous pensons que d’ici à deux à cinq  ans, 10% des fumeurs seront des vapoteurs.»

L’interdiction de la vente de liquides nicotinés en Suisse et une législation encore floue restent un frein pour une réelle expansion économique. Aujourd’hui, la plupart des utilisateurs s’approvisionnent sur internet ou chez nos voisins européens. Malgré les incertitudes, ce business se dynamise et se structure. Les e-cigarettes sont partout: sur le net, chez les buralistes et dans les pharmacies.

«Nous avons constaté une progression de 24% de ces produits en 2013 par rapport à 2012, confie Christelle Petithuguenin, responsable du réseau Pharmacie Principale (l’une des rares à nous révéler un chiffre, la plupart des exploitants restant silencieux à ce sujet par peur de la concurrence, ndlr). C’est pourquoi nous avons prévu d’étoffer notre assortiment et de proposer de nouveaux arômes.» Depuis début octobre, on les trouve également dans des grandes chaînes de magasins. Des stands spécialisés y proposent ces produits. Et ça marche plutôt bien, nous confirme Manor qui souhaite garder la confidentialité sur son chiffre d’affaires.

17 shops répertoriés

Les magasins spécialisés sont encore peu nombreux sur le territoire helvétique. A notre connaissance, deux enseignes, The e-vape shop et Smoke Quality (spécialistes italiens), se partagent actuellement le marché romand avec cinq boutiques sur un total de 17 shops online et offline répertoriés par Swiss Vape Trade Association. «Comme nous ne sommes pas autorisés à vendre d’e-liquides contenant de la nicotine, nous ne sommes, pour l’instant, pas en mesure d’assumer les charges d’un vrai magasin», explique Ludovic Dhénin du site internet spécialisé La cigarette électronique suisse. Un argument fréquemment avancé par d’autres exploitants du produit sur la toile.

Mais certains courageux se sont tout de même lancés dans l’aventure. C’est le cas de Julian Solomon, fondateur de The e-vape shop. Il a ouvert sa première boutique en octobre dernier, rue du Cendrier à Genève, une deuxième à Neuchâtel et dernièrement une troisième à Lausanne. Un autre établissement sera bientôt inauguré dans le quartier de Plainpalais à Genève.

«Notre objectif est d’ouvrir une quinzaine de magasins spécialisés dans toute la Suisse d’ici à ces six prochains mois», explique, ambitieux, Julian Solomon. Cependant, pour des raisons financières, ce dernier a pris les devants en ouvrant parallèlement une structure française lui permettant la livraison de liquides contenant de la nicotine depuis la France. «Nous sommes confiants, mais conscients de prendre un risque quant à une future réglementation et au lobby des géants du tabac souhaitant aussi profiter de ce business florissant.»

Si le marché de la cigarette électronique en Suisse reste encore sensible et instable, il pourrait exploser après l’été, si la vente de liquides nicotinés est, entre autres, autorisée par le Conseil fédéral dans son projet de loi sur les produits du tabac.

Sabrine Gilliéron

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."