Bilan

L’automatisation touche aussi les blanchisseries

L’un des trois géants du marché suisse, le groupe Bardusch, vient d’investir près de 8 millions sur son site d’Yverdon-les-Bains.
  • La blanchisserie industrielle Bardusch à Yverdon-les-Bains a investi massivement pour automatiser son process.

    Crédits: Ldd
  • Crédits: ldd

C’est en présence du conseiller d’Etat Philippe Leuba que les blanchisseries industrielles agrandies et modernisées de ses deux unités d’Yverdon-les-Bains ont été inaugurées. Avec ses cinq unités suisses, Bardusch se profile désormais comme l’un des premiers fournisseurs de gestion textile. L'entreprise achète pour ses clients les vêtements professionnels, qu’elle entretient ensuite de A à Z.

«Nous équipons 45 000 personnes en vêtements professionnels juste avec ce site, sans compter nos divisions hôtellerie et santé », indique Roland Jaccard, directeur de la division en question. Près de 8 millions de francs viennent d’être investis, dont près de 5 millions dans le bâtiment lui-même réalisé par Implenia. Une unité entièrement automatique trie les vêtements par heure. Pendant l’inauguration, les « uniformes » aux couleurs de la clientèle très variée, circulaient sur des rails au-dessus des têtes des visiteurs, suspendus à des cintres mis au point par Jensen, un des principaux fournisseurs de process dans le secteur de la blanchisserie industrielle.

2400 pièces par heure

Plus précisément, après le lavage, un cintre surnommé Lobster (sans doute à cause de son système de pinces) suspend le vêtement doté d’un code barre. Chaque code barre est scanné et enregistré dans la base de données SAP. Les données du vêtement sont couplées avec l’identification du cintre Lobster, qui sert de base pour toutes les opérations de production et de tri. Dans l’unité « industrie », le système permet de traiter 2400 pièces par heure. Et dans l’unité « santé », que dirige Claudine Metzler, on parle de 900 pièces sur cintre par heure et de 900 pièces pliées par heure.

Dans les deux cas, les vêtements sont ensuite mis sur des cintres métalliques. Grâce à l’extension de l’usine, un second étage a été créé où sont stockés et pré-triés les vêtements selon les critères de livraison de chaque client. «Nous avons une capacité de stockage de 16 000 vêtements, et nous en traitons actuellement 12 000. Il y a peu, nous étions à 10 500 pièces», se réjouit Roland Jaccard.

Qualité et précision

Pourquoi cette automatisation ? « Cela nous a permis d’apporter encore davantage de qualité et de précision. Le process va plus vite. Et les erreurs de tri sont désormais quasiment supprimées. Certains postes ont été supprimés, mais sans qu’il n’y ait de licenciements. Les personnes concernées se sont vues attribuées d’autres fonctions, avec parfois une formation à la clé.»

Cette évolution est le fruit d’une longue réflexion visant à anticiper l’avenir, notamment vis-à-vis de la concurrence très vive. «Certains de nos concurrents multiplient les acquisitions (notamment le Français Ellis qui vient de mettre la main sur le zurichois Prohôtel, ndlr). Cela aboutit à des unités où se côtoient les trois activités que sont : les vêtements professionnels issus du secteur industriel, ceux issus du secteur hôtelier et ceux issus du secteur de la médical. Nous avons choisi pour notre part de nous spécialiser en offrant des unités entièrement dédiés à un seul secteur. Nous gagnons ainsi en performance, en précision et en qualité. C’est la seule voie possible, vu que nous n’entendons pas mener une guerre des prix», relate Roland Jaccard.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."