Bilan

Kugler Bimetal change de mains

En rachetant la dernière entreprise métallurgique genevoise, la société d’investissement Decalia Capital ambitionne de tripler le chiffre d’affaires pour atteindre 50 millions.

Jérôme Chanton, entouré de Cédric Anthonioz (à g.) et Jean-Guillaume Benoît.

Crédits: Lionel Flusin

Allier l’acier et le bronze pour réaliser des pièces bimétalliques qui réduisent l’usure en minimisant les frottements, c’est le savoir-faire de la PME genevoise Kugler Bimetal, dirigée par Jérôme Chanton. Aujourd’hui, Decalia Capital, société d’investissement genevoise, a racheté l’entreprise à son actionnariat historique pour un montant non dévoilé. Avec un chiffre d’affaires annuel avoisinant les 15 millions de francs, Bilan estime toutefois aux alentours de 20 millions de francs le montant de la transaction.

L’histoire de Kugler remonte au XVIIIe siècle. Fondée en 1854, la fonderie est l’une des plus anciennes entreprises métallurgiques indépendantes de Suisse, spécialisée dans la fusion du bronze pour la robinetterie. En 1950 naît Kugler Bimetal, avec l’alliance du bronze sur l’acier. C’est en 2011 que Jérôme Chanton, descendant de la famille fondatrice, reprend la direction opérationnelle de la société. Il arrive à redresser l’entreprise, alors en proie à des difficultés financières depuis la crise de 2008. Difficultés qui vont cependant perdurer jusqu’en 2014 avec la stratégie mise en place par le nouveau management et la vente du bâtiment à la Fondation des terrains industriels. La fin du taux plancher en 2015 va repousser le retour aux chiffres noirs puisque plus de 80% de la production est destinée à l’export.

La rentabilité sera toutefois de retour à partir de 2016. Mais les moyens mis à disposition par les actionnaires historiques ne suffiront pas à investir et rester compétitif dans ce secteur de niche. D’où la décision prise par le management de trouver un partenaire qui aurait les moyens à la hauteur des nouvelles ambitions. Le choix s’est porté sur Decalia Capital qui a racheté les 100% de la société le mois dernier, avant de céder moins de 5% à Jérôme Chanton et aux deux autres membres de la direction. «Notre objectif est de poursuivre le développement de Kugler Bimetal, en Suisse et à l’international», explique Jean-Guillaume Benoît, associé de Decalia Capital avec Cédric Anthonioz. Afin de réussir le pari de la croissance, les investisseurs genevois se sont offert l’expertise du triumvirat qui a œuvré chez le fabricant de produits en aluminium Constellium: Pierre Vareille, Yves Merel
et Didier Fontaine entrent au conseil d’administration.

Hydraulique, énergie, transports...

La PME de 60 collaborateurs a pour ambition d’atteindre d’ici quelques années les 50 millions de chiffre d’affaires. Pour se faire, Kugler Bimetal, qui a développé une nouvelle technologie de solutions antifrottement à base de bronze sans plomb, prévoit de développer ses marchés existants et de se positionner sur de nouveaux secteurs comme la pharma et l’agroalimentaire. Les secteurs servis historiquement par la société sont l’aéronautique, l’hydraulique, l’énergie et également le secteur des transports – bateaux, trains, automobiles – , Rolls-Royce étant déjà adepte du spécialiste de la tribologie. La fonderie peut également se targuer de compter les grands donneurs d’ordre de l’aéronautique comme clients. Cependant, «le marché étant infini», celle-ci aimerait signer avec Pilatus ou Embraer, par exemple. «En effet, la technologie Kugler peut s’implanter partout où il y a du frottement, ce qui promet de belles perspectives», se réjouit Jérôme Chanton.


Decalia Capital

Gestion de fonds Lancée en 2018, Decalia Capital, filiale de Decalia Asset Management, se focalise sur l’accompagnement financier et stratégique de sociétés suisses.

En 2018, la société genevoise était déjà entrée au capital de ProNet, spécialiste du nettoyage et de l’entretien en Suisse romande. Sa stratégie s’inscrit dans la durée avec une période d’investissement allant jusqu’à dix ans.

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l’Université de Genève. Elle débute sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Journaliste depuis 2010 pour le magazine Bilan, elle est spécialisée dans les PME. En grande amatrice de vins et gastronomie, elle est également responsable du supplément Au fil du goût encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal contribue par ailleurs régulièrement aux suppléments Luxe et Immo Luxe de Bilan.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."