Bilan

Knie, huit générations d’artistes ambulants

Depuis plus de cent ans, les familles helvétiques attendent d’année en année le retour du cirque national dans leur ville. Une institution devenue emblématique.

  • Père fondateur de la dynastie et passionné d’art équestre, Friedrich Knie (1784-1850) crée sa propre troupe de cirque en 1803.

    Crédits: Knie
  • Expo 64 à Lausanne: Les hôtesses principales Dorothea Furrer et Christiane Langenberger.

    Crédits: Knie
  • Début des années 1970: Mary-José et Fredy Knie junior avec leur fille unique Géraldine à Lucerne.

    Crédits: Knie
  • 1972: Gros succès avec ce numéro où un tigre grimpe sur le dos d’un rhinocéros.

    Crédits: Knie
  • Un nouveau chapiteau, pour la tournée du centenaire, a été financé par du crowdfunding.

    Crédits: Knie

La dynastie Knie, c’est un peu notre famille royale. Depuis cent ans maintenant, les Suisses attendent le retour des tréteaux dans leur ville en se passionnant pour les unions, naissances et ruptures qui ponctuent la vie de ce clan d’artistes. «Famille royale»? Fredy Knie junior n’aime guère cette expression. «C’est une étiquette que l’on nous accole mais elle ne signifie pas grand-chose. Nous sommes des gens ordinaires qui aimons le cirque. Et nous travaillons dur, toujours dans le respect du public.» Reste que les Knie jouissent d’un statut unique en Suisse. Politiciens, entrepreneurs, artistes, de même que la jet-set internationale, ils connaissent absolument tout le monde. «Nous sommes une entreprise qui, depuis cent ans, visite chaque année toutes les villes de Suisse. Forcément, ça vous fait rencontrer pas mal de gens», sourit Fredy Knie junior.

Quatrième génération: de g. à dr., Charles, Ludwig, Eugen, Friedrich et Rudolf Knie posent devant Nina Zutter et Anneli Simon. (Crédits: Knie)

L’année 2019 marque le centenaire du premier chapiteau. Mais l’aventure familiale a débuté bien plus tôt, au XVIIIe siècle déjà. Né en 1784 à Erfurt, en Allemagne, Friedrich Knie est un jeune homme sérieux qui étudie la médecine à Innsbruck. Mais le destin contrecarre ses projets. Il tombe amoureux d’une belle cavalière rousse du nom de Wilma et rejoint sa troupe de saltimbanques. Le jeune homme montre un grand talent d’équilibriste. Il entretient aussi une relation forte avec les chevaux, comme par la suite tous ses descendants. Puis Wilma se lasse et le quitte. Le cœur brisé, Friedrich se console en se consacrant à sa nouvelle passion pour l’art équestre. Il acquiert 14 chevaux et crée sa propre troupe qui présente «une performance acrobatique exceptionnelle». 

Mais une nouvelle épreuve l’attend. Les troupes françaises de Napoléon Bonaparte qui occupent la Suisse au début du XIXe siècle volent les destriers dans une écurie. Le directeur de la compagnie ne s’avoue pas vaincu. Il marche vers le camp militaire et réclame ses chevaux. Selon la légende, Napoléon lui-même lui aurait restitué son bien, impressionné par le courage de Friedrich Knie.

Mars 1919: Rudolf Knie s’unit à Sophie Griesser. Son frère Friedrich épouse Margrit Lippuner. (Crédits: Knie)

Plus tard, Friedrich Knie s’éprend de la «Stauffer-Toni», surnom donné à Antonia Stauffer, qui est la plus belle fille d’Innsbruck. Contre la volonté du père d’Antonia, l’équilibriste enlève sa bien-aimée dans un monastère. Elle choisit la vie du cirque. Ils auront cinq enfants qui perpétueront l’art de marcher sur une corde. 

1935: Premier cirque muni d’un chauffage à air chaud. (Crédits: Knie)

Naissance et premier chapiteau en 1919

Les Knie obtiennent leur nationalité suisse à leur deuxième tentative, en 1900 dans le canton de Thurgovie. Au tournant du XIXe siècle naît déjà la quatrième génération, constituée de cinq fils nés en dix ans. Ce sont eux qui vont inaugurer le premier chapiteau du cirque en 1919 à Berne. Les caisses sont prises d’assaut par le public et le succès est immédiat. Les fils Knie seront aussi des bourreaux des cœurs. Les admiratrices se pâment de Charles, Ludwig, Friedrich, Rudolf et le cadet surnommé «le bel Eugen». En 1932, la très sérieuse Neue Zürcher Zeitung écrivait: «Les fils sont beaux comme de jeunes dieux. L’éphèbe Eugen suscite l’engouement. Trois jeunes filles ont fui avec lui, mais leurs pères les ont ramenées à la maison et punies en conséquence. Cet épisode restera peut-être la seule aventure romantique de leur vie.»

1909 Le cirque se produit alors à ciel ouvert (ici à Thoune). (Crédits: Knie)

Proche des célébrités

Très vite, le chapiteau Knie va devenir l’endroit où il faut être vu. Conseillers fédéraux, industriels, de même que des célébrités comme Charlie Chaplin se lient avec les gens du cirque. «J’étais récemment au Musée Chaplin à Vevey. C’était un moment fort car il y avait là les mêmes meubles que lorsque nous allions jouer chez les Chaplin, quand nous étions enfants», se remémore Fredy Knie junior. «A chacun de nos passages à Vevey, Chaplin réunissait tous ses enfants pour venir voir le spectacle. Le public lui faisait une standing-ovation. Chaplin adorait l’univers du cirque. Il venait sur la place assister au montage et au démontage du chapiteau.» Si la fille de Fredy Knie junior s’appelle Géraldine, ce n’est pas par hasard. «Nous étions une fois avec les Chaplin alors que mon épouse Marie-Josée était enceinte. Comme dans la famille, il n’y a eu que des garçons sur trois générations, nous n’imaginions pas que nous aurions une fille. Chaplin a dit: «Si c’est est fille, il faudra l’appeler comme ma fille Geraldine qui n’a pas pu être avec nous aujourd’hui.» Et ce fut une fille.»

Les familles Chaplin (Crédits: Knie)

Installée à Tolochenaz (VD) à la fin de sa vie, l’actrice Audrey Hepburn faisait aussi partie de l’entourage des Knie. «Elle m’impressionnait énormément. Elle avait tellement de classe et d’élégance. Elle était d’une grande gentillesse», se souvient Fredy junior. Le père de ce dernier, Fredy senior, était proche de Grace et Rainier III de Monaco: «Le prince était un fanatique de cirque. Sa fille Stéphanie est devenue une amie de la famille et passe souvent ses vacances avec nous. Elle est la marraine de ma petite-fille, Chanel», poursuit Fredy junior. Personne n’a oublié la romance remontant à une vingtaine d’années entre Stéphanie de Monaco et Franco Knie senior. La princesse avait passé une saison en Suisse sur la route dans une roulotte Knie, traquée par les paparazzis.

Rainier  de Monaco figurent parmi les fans. (Crédits: Knie)

Représentante de la septième génération et directrice artistique, Géraldine Knie partage sa vie depuis treize ans avec l’Italien Maycol Errani, star internationale de l’acrobatie. Leurs trois enfants, de même que le fils que Géraldine a eu d’un premier mariage, sont tous impliqués dans le spectacle. La petite Chanel (8 ans) fait fondre le public lors de sa prestation avec les lamas. «Les enfants commencent à se produire à 4 ans. C’est à cet âge que mon père m’a fait faire mon premier numéro avec un poney. Pour eux, ce n’est pas du travail mais un jeu. Leurs apparitions sont toujours annoncées sous réserve parce qu’ils peuvent annuler en cas de surcharge scolaire. Mais ils n’annulent jamais», s’amuse Fredy junior.

Plus grand zoo itinérant du monde

Les animaux du Cirque Knie jouent un grand rôle dans l’aura de la compagnie. En 1927, ils étaient déjà 250 individus. Il y avait 40 chevaux de race et des poneys, des lions, des ours polaires, des otaries, des loups, des hyènes et encore ours, tigres, singes et oiseaux. A cette époque déjà, la ménagerie Knie est considérée comme un spectacle à voir absolument, «conseillée aux écoles pour sa variété instructive». Knie voyageait alors avec le plus grand zoo itinérant du monde. Mais soucieux du bien-être des animaux, le cirque a préféré sacrifier des numéros, comme les fauves en 2004, afin qu’ils puissent vivre dans les meilleures conditions possible tranquillement au Knies Kinderzoo de Rapperswil. Aujourd’hui, le zoo ne présente plus que les animaux qui font partie du programme.

Années 60: Le carrousel de chevaux menés par Fredy Knie junior. (Crédits: Knie)

La famille Knie revendique un travail de pionnière dans le dressage doux et l’apprivoisement des animaux. Fredy Knie senior était réputé pour sa méthode de formation des chevaux, transmise aux générations suivantes. C’est Friedrich Knie, le père de Fredy senior, qui a présenté le premier numéro équestre en 1920 au manège du Cirque Knie. Il mettra au point un numéro de haute école sur un cheval hongrois «Rablo», réalisé sans bride ni selle. Aîné de Chanel, Ivan (18 ans) fait honneur à ses ascendants avec son propre numéro équestre. Dans les années 1970, Fredy junior a obtenu un écho mondial pour un numéro où un tigre grimpait sur le dos d’un rhinocéros. «Je m’étais toujours bien entendu avec cette dame rhinocéros et mon père m’a autorisé à la faire travailler. Quant au tigre, nous l’avions élevé au biberon et il me suivait partout. J’ai remarqué que les deux animaux s’entendaient bien. C’est comme ça que l’idée a germé.»

2008: Fredy Knie junior et Franco Knie senior. (Crédits: Knie)

Les éléphants constituent un autre fleuron de la compagnie. En 1943, le cirque présentait le plus grand troupeau d’Europe. En 1941, Rolf Knie senior, alors âgé de 20 ans, fait sensation avec un numéro d’éléphant funambule. Dans son histoire, le cirque a présenté cinq éléphants équilibristes. Un record à ce jour inégalé. «Nous avons maintenant arrêté les numéros avec les éléphants. Nos animaux sont des éléphants d’Asie qui sont en voie de disparition. Franco senior, qui a toujours travaillé avec les éléphants, est maintenant basé au Knies Kinderzoo à Rapperswil où nous avons ouvert en 2015 un vaste parc baptisé Himmanpan. Nous faisons de l’élevage. Deux éléphanteaux sont déjà nés», indique Fredy junior.

Des liens très forts

La population suisse a démontré son attachement à la famille Knie en lui offrant pour son centenaire un nouveau chapiteau par le biais d’un financement participatif. L’opération a permis de réunir 254 000 francs en quatre mois. «Il y a des enfants qui ont donné 5 francs. Le lien que le public entretient avec nous m’émeut beaucoup», dévoile Fredy junior. Le directeur se lève. La représentation de 15 h commence dans dix minutes. «Je suis très vite près, dit-il dans un clin d’œil. Vous avez vu le spectacle? Géraldine a créé une mise en scène particulière pour le centenaire. Le résultat est sensationnel. Je suis très fier d’elle.» 

Géraldine Knie est aujourd’hui directrice artistique. (Crédits: Knie)

La crème des comiques

Invités Dans les années 1970, deux comédiens marquent les programmes du Cirque Knie: le clown Dimitri et le comique Emil. Sûr que l’alliance entre cirque et spectacle de cabaret allait fonctionner, Fredy Knie senior a ainsi su coller à l’évolution de la société. C’est grâce à la tournée romande du cirque que le talent d’Emil a pu se faire connaître de l’autre côté du Röstigraben, où les Romands se sont laissé charmer par son «français fédéral.» La tradition des comiques invités était ainsi lancée. Depuis lors, Knie présente avec chaque tournée des «guest stars» chargées de faire rire le public. L’artiste Gardi Hutter, le personnage de Marie-Thérèse Porchet ou encore Massimo Rocchi se livrent à leurs facéties. Pour cette tournée 2019, place à la nouvelle génération. 

Ce sont les deux Vincent (Kucholl et Veillon) de l’émission de la télévision RTS «120 minutes» qui assurent le mandat.

Le clown Dimitri a tourné trois fois avec le cirque Knie en 1970, 73 et 79. (Crédits: Knie)
Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."