Bilan

Kering s'enfonce de plus de 7%, le marché s'interroge sur la suite

L'action Kering s'enfonçait de plus de 7% vendredi matin à la Bourse de Paris, les investisseurs s'interrogeant sur la capacité du groupe à générer encore de bonnes surprises.

Ce chiffre d'affaires est principalement tiré par les performances de Gucci, dont les ventes explosent de 40% sur le seul deuxième trimestre.

Crédits: afp

L'action Kering s'enfonçait de plus de 7% vendredi matin à la Bourse de Paris, les investisseurs s'interrogeant sur la capacité du groupe à générer encore de bonnes surprises après sa forte progression au premier semestre.

A 10H34 (08H34 GMT), le titre perdait 7,46% à 465,30 euros, dans un marché à l'équilibre (-0,01%).

"La croissance de Gucci reste phénoménale", mais "la question qui se pose est la suivante: la croissance de Gucci peut-elle se poursuivre longtemps à ce rythme?", ont relevé les analystes d'Aurel BGC.

"C'est une bonne publication" et "en termes absolus, la performance reste toujours impressionnante, mais il va devenir plus difficile de maintenir ce rythme de croissance", ont également souligné les experts de Oddo BHF.

Selon eux, "les investisseurs commencent à s'inquiéter de la dynamique à venir, il semble évident que les taux de croissance organique vont décélérer, la question est de savoir de combien et pour combien de temps".

"S'il ne semble pas qu'il faille s'inquiéter outre mesure au vu des fondamentaux, le marché a été +mal habitué+", et dans ce contexte le troisième trimestre sera très attendu, ont-ils ajouté, ajoutant que "si ce dernier bat les attentes, le titre devrait remonter significativement, dans le cas inverse, le titre pourrait rentrer dans une zone de turbulences. Un trimestre à quitte ou double en somme!".

Recentré sur le luxe après la cession de sa filiale allemande Puma, le groupe a signé un premier semestre en forte progression grâce à l'envolée de son fleuron Gucci, dont la marge atteint le niveau record de 38,2%. Le bénéfice net a bondi de 54,9%, une performance supérieure aux consensus établis par les agences financières Factset et Bloomberg.

Le groupe - qui comprend notamment les marques Gucci, Yves Saint Laurent, Bottega Veneta, Balenciaga ou Boucheron - a fait état de ventes totalisant 3,2 milliards d'euros au deuxième trimestre, soit une progression de 30,1% en organique.

Ce chiffre d'affaires est principalement tiré par les performances de la maison italienne Gucci, dont les ventes explosent de 40% sur le seul deuxième trimestre, avec une marge opérationnelle qui "gagne 620 points de base pour atteindre un niveau historique à 38,2%", selon Kering.

"Cette croissance de notre activité est extrêmement vertueuse en termes d'exclusivité et de désirabilité de nos marques", a affirmé le PDG, François-Henri Pinault. "Face à des bases de comparaison exigeantes et dans un environnement incertain, nous ferons progresser, cette année encore, nos performances opérationnelles et financières", a-t-il assuré.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."