Bilan

«J’ai voulu créer un lieu unique à Genève»

L’entrepreneur Philippe Peress inaugure un nouveau concept d’espaces de coworking de luxe alliant bien-être, art et services au cœur de Genève. Rencontre.

  • «Quartier des banques par Signature»: plus de 3500 m2, des technologies dernier cri et une ouverture 7 j./7 et 24 h/24.

    Crédits: Kseniya Polishchuk
Le Suisso-Canadien Philippe Peress détient, avec J. Safra, la master franchise d’IWG Suisse. (Crédits: Fred Merz | Lundi13)

Le raffinement des lieux reflète probablement l’exigence de qualité que s’impose le Suisso-Canadien Philippe Peress dans toutes ses activités. Installé à Genève depuis une vingtaine d’années, l’esthète vient d’inaugurer, au cœur du quartier des banques, un espace de coworking de plus de 3500 m2 équipé des technologies dernier cri. Afin d’y garder une certaine exclusivité, les lieux, ouverts 7 j./7 et 24 h/24, accueilleront, en principe, pas plus de 200 utilisateurs de bureaux et environ 100 personnes au lounge.

Philippe Peress est né à Montréal de parents moyen-orientaux installés dans les années 1950 au Canada. A la fin de ses études, il commence sa carrière dans la banque à Londres, puis dans les hedge funds. En 2001, à l’âge de 32 ans, il s’installe à Genève pour y fonder une famille et gérer son propre family office qui opère principalement des activités financières, immobilières et dans l’art.

Inspiré par ce qui se fait à New York au niveau du coworking, il décide en 2018 d’investir dans l’immobilier opérationnel en combinant espaces de travail, bien-être et services. L’investisseur rachète ainsi l’immeuble où se trouvait la banque néerlandaise ING, à côté de la synagogue, pour la somme de 30 millions de francs. Le groupe IWG, opérateur mondial d’espaces de travail (3500 centres de coworking parmi lesquels Régus et Spaces dans plus de 110 pays) devient rapidement locataire des lieux pour développer des espaces de prestige sous la marque Signature. Selon IWG, «les services premium assurent aux professionnels un confort total dans un environnement élégant propice à la créativité».

Le deal entre le géant du coworking et l’entrepreneur ne s’arrêtera pourtant pas là. Trois mois plus tard, Philippe Peress rachète la master franchise d’IWG Suisse (Régus, Spaces et Signature) avec le groupe J. Safra – qui en prend la majorité avec 51% des actions – pour 120 millions de francs.

Quartier des banques by Signature

(Crédits: Kseniya Polishchuk)

Comment, dès lors, apporter une valeur ajoutée à cette ancienne chapellerie datant de 1877? Quatorze mois de travaux et plusieurs millions de francs ont été nécessaires pour transformer l’immeuble dédié aux travailleurs urbains à la recherche d’un espace haut de gamme au cœur de Genève. Pour magnifier les lieux, Philippe Peress a choisi l’architecte Patrice Reynaud qui s’est occupé des rénovations et de l’aménagement des espaces. Quant à la décoration, y compris le bar-lounge de l’étage ouvert au public à partir de 17 h 30, elle a été réalisée par Deborah Peress, épouse de Philippe qui est allée chiner aux Pays-Bas des meubles des années 1960 afin de les retaper. Le chef étoilé Philippe Chevrier a signé la carte du restaurant, et le designer suisse Philippe Cramer, les meubles. La société Technogym a équipé la salle de fitness et le spécialiste italien Viabizzuno s’est occupé des luminaires.
La galerie Pace a sélectionné les tableaux – dont la majorité vient de la collection privée de la famille Peress – qui ornent les murs du bâtiment.

Outre 69 bureaux, les membres peuvent aussi profiter de zones silencieuses, de salles de conférences ainsi que d’un cinéma, aménagé au sous-sol, dans l’ancien coffre-fort de la banque. «Nous voulions créer un espace qui n’existe pas encore à Genève, à la fois luxueux et accessible à tout le monde.» Quartier des banques par Signature organisera également des séminaires, des conférences et des concerts avec des personnalités du monde littéraire, culturel et musical de la région.

L’entrepreneur a d’autres projets en cours. En effet, Philippe Peress et le groupe J. Safra réalisent le même concept à Zurich qui verra le jour fin 2021 sur 5500 m2 juste en face de la gare: Bahnhofplatz by Signature. Leur groupe IWG Switzerland qui opère 48 centres de coworking en Suisse prévoit, par ailleurs, cinq prochaines ouvertures de Spaces, à Genève et à Zurich. «Nous voulons créer des lieux où les gens peuvent interagir. Les entreprises réalisent que le télétravail n’est pas optimal. Il est nécessaire de garder des interactions sociales entre les collaborateurs.»

«L’art fait partie de ma vie»

Le monde de l’art dépasse la passion chez cet homme d’affaires qui est trustee du Hirshhorn Museum and Sculpture Garden de Washington et membre du conseil du Musée des beaux-arts de Montréal. Aujourd’hui, plusieurs de ses tableaux sont exposés dans les plus grands musées autour du monde. «J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup d’artistes avec lesquels j’ai créé de véritables liens d’amitié», explique le Genevois d’adoption qui ajoute que «l’art lui apporte des endorphines positives». James Turrell, Kiki Smith, Georg Baselitz, Nigel Cooke, David Hockney et beaucoup d’autres artistes contemporains de renommée mondiale ornent actuellement les murs de l’établissement du XIXe siècle. «Le monde de l’art fait partie de ma vie», ajoute le collectionneur enthousiaste.

Aujourd’hui, Philippe Peress se dit fan de la Suisse. Il habite en Vieille-Ville avec son épouse d’origine brésilienne et leurs trois enfants qui ont tous désormais le passeport rouge à croix blanche. Et quand ils ne sont pas à déambuler dans les rues de la Cité de Calvin, ils partent skier à Crans-Montana, où les montagnes, les lacs et le climat sont comme une réminiscence de son enfance passée au Canada.


Moins de co2

Etude Le coworking devient une nouvelle norme pour de nombreuses entreprises, selon IWG qui a calculé que cette tendance permet d’économiser 18 millions d’heures de temps de trajet en Suisse par an ainsi que de réduire de milliers de tonnes les émissions de gaz carbonique liées aux migrations pendulaires.

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."