Bilan

Iran Air confirme un "protocole d'accord" avec Boeing

Iran Air confirme avoir conclu un accord avec Boeing pour l'achat de plusieurs avions. Cet accord est soumis au feu vert des Etats-Unis.

En dehors d'Iran Air, la principale compagnie publique, d'autres compagnies aériennes iraniennes privées pourraient également acquérir des Boeing.

Crédits: AFP

La principale compagnie iranienne Iran Air a confirmé mardi avoir conclu un "protocole d'accord" avec le constructeur américain Boeing pour l'achat de "plusieurs" avions.

"Sous réserve des autorisations requises par les deux parties, plusieurs avions Boeing allant généralement des 737 de la prochaine génération aux 777 modèles 300ER et 900 seront achetés par Iran Air sous forme de location-vente", indique un communiqué de la compagnie d'Etat iranienne.

Le chef de l'Organisation civile iranienne, Ali Abedzadeh, avait annoncé dans un entretien à un journal iranien paru dimanche, que l'Iran s'était entendu avec Boeing pour l'achat de 100 avions afin de renouveler sa flotte vieillissante. Cet accord de principe est soumis au feu vert du gouvernement américain.

M. Abedzadeh avait précisé que sur les 250 avions en service dans le pays, 230 devaient être remplacés.

En dehors d'Iran Air, la principale compagnie publique, d'autres compagnies aériennes iraniennes privées pourraient également acquérir des Boeing.

Iran Air a reçu l'autorisation d'exploiter à nouveau "la plupart" de ses appareils en Europe, a annoncé jeudi la Commission européenne. La compagnie était jusqu'à présent contrainte de ne faire voler que ses appareils fabriqués par Airbus dans l'Union européenne (UE).

L'Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations politiques et diplomatiques peu après la révolution islamique de 1979, mais se sont rapprochés à l'occasion des négociations et de la conclusion en juillet 2015 de l'accord international sur le programme nucléaire iranien.

Toutefois, l'homme fort du pays, le guide suprême Ali Khamenei, a à plusieurs reprises répété que les Etats-Unis restaient le "principal ennemi" de l'Iran et qu'il n'y aurait plus de négociations sur d'autres sujets avec eux.

Il s'est récemment demandé si le renouvellement de la flotte aérienne était vraiment "la priorité du pays", ajoutant que cela devait être "étudié par des experts".

L'Organisation de l'aviation civile évalue à 400 ou 500 les besoins en avions commerciaux d'ici dix ans.

Outre Boeing, l'Iran a conclu un janvier un protocole d'accord avec l'avionneur européen Airbus pour l'achat de 118 appareils, également en attente de l'autorisation du Trésor américain nécessaire, car plus de 10% des composants des Airbus sont d'origine américaine.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."