Bilan

Intelligence artificielle: l’Idiap décroche 20 millions de francs

Le budget fédéral consacré à l’institut basé à Martigny a été augmenté de 8 millions pour la période 2021-2041. Quelque 60 emplois seront créés.

Un laboratoire de l’IDIAP. L’institut se distingue notamment dans la reconnaissance vocale.

Crédits: PHOTO: Céline Ribordy/Idiap

«Cette enveloppe fédérale de 20 millions de francs marque le début d’une nouvelle ère. L’Idiap va pouvoir renforcer sa position de leader incontournable dans le domaine de l’intelligence artificielle, avec la capacité de répondre à de véritables besoins de la société.» Directeur de l’Idiap depuis vingt-cinq ans, Hervé Bourlard ne cachait pas sa joie à l’annonce, à la mi-juin, d’un bond des subventions fédérales de 60%. Pour la période 2021-2024, le budget de l’institut est passé de 12 à 20 millions de francs. Une soixantaine de postes seront créés sur le site de Martigny qui emploie actuellement quelque 150 collaborateurs d’une trentaine de nationalités. Hervé Bourlard reprend: «Le budget de l’Idiap est constitué à 45% de fonds publics et 55% de fonds compétitifs obtenus pour des projets auprès de fonds de recherche. Davantage de fonds publics signifient davantage de responsabilités, car pour maintenir ce ratio, nous devrons soumettre davantage de projets.»

L’Idiap se profile comme un discret pionnier de l’intelligence artificielle, dont l’originalité est de mettre sur pied des solutions industrielles. Dès les débuts d’internet, dans les années 1990, le centre a développé des compétences sur les interactions entre l’homme et la machine. L’institut se distingue, au niveau mondial, par sa technologie développée dans le domaine de la reconnaissance vocale. Fondée en 2014, la société Recapp crée des logiciels qui permettent de saisir automatiquement des textes en allemand et même en dialecte alémanique. Parmi les sociétés qui se sont détachées de l’institution, la plus spectaculaire est sans doute KeyLemon, avec son système de reconnaissance faciale pour les téléphones portables. Ce spin-off a été racheté en 2018 pour un montant non divulgué par le groupe autrichien AMS, qui n’est autre que le fournisseur de capteurs 3D pour Apple. Plus récemment, la société Vima s’est fait connaître grâce à un outil d’analyse de postulations par vidéo qui quantifie le degré d’adéquation entre le candidat et le poste proposé.

Renommée internationale

L’Idiap (Institut Dalle Molle d’​intelligence artificielle perceptive) a été fondé en 1991 grâce au soutien financier du mécène italien Angelo Dalle Molle, inventeur de l’apéritif Cynar. La fondation à but non lucratif est née avec le soutien de la Ville de Martigny, de l’Etat du Valais, de l’EPFL, de l’Université de Genève et de Swisscom.

Quels sont les projets que ces nouveaux fonds fédéraux vont financer? Hervé Bourlard répond: «Notre objectif, c’est d’élaborer des réponses pratiques aux besoins de la société. Cette tâche demande un gros effort en termes de collaboration et de recherche complémentaire. Des éléments souvent difficiles à mettre en place. Les domaines d’application que nous entrevoyons pour l’instant sont, de manière assez classique, la médecine, l’énergie, l’écologie et l’industrie 4.0. Les secteurs les plus prometteurs sont certainement ceux que nous ne connaissons pas encore!»

Le directeur, qui a atteint cette année l’âge de la retraite, poursuit: «Ce dont je suis le plus fier, c’est la renommée internationale que l’Idiap a gagnée, alors que nous partions de rien. Il y a vingt-cinq ans, nous nous trouvions sans financement, sans réputation, et qui plus est, dans un coin du Valais appelé Martigny. Et aujourd’hui, l’institut peut se targuer d’attirer les meilleurs chercheurs du monde.»

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."