Bilan

«Il va falloir faire des économies»

Président et CEO du groupe Sophos Hotels, le Valaisan Fernand Donnet reste optimiste face à la crise, même si plusieurs projets ont pris du retard. Il prône davantage de polyvalence.

Le Courtyard by Marriott de Fribourg devrait ouvrir ses portes en 2021.

Crédits: Dr

Pas de tape-à-l’œil et de luxe extravagant dans ses bureaux lausannois. La société créée par le Valaisan Fernand Donnet, un ancien de l’Ecole hôtelière de Lausanne, est active dans l’expertise et la gestion de 14 hôtels en Europe, en Asie centrale et en Russie (1400 chambres). Elle travaille sur mandat pour des investisseurs privés et institutionnels. Ses principales cartes de visite sont à Paris, avec le Westin de la place Vendôme (440 chambres) et le Saint James Albany (200 chambres), ainsi qu’à Villars-sur-Ollon (VD), avec le RoyAlp & Spa (63 chambres et suite): «Au sortir de l’EHL, j’ai commencé par la Russie avec l’aide d’un camarade suisse chargé du marché russe. A Ekaterinbourg, j’ai développé mon premier hôtel en signant un contrat de franchise avec Ramada, raconte le Morginois. Je me suis vite rendu compte que la réalité du marché était assez différente de la théorie.» Développant un modèle d’affaires appris chez Holiday Inn, il a compris que les propriétaires désiraient davantage de souplesse, préférant des contrats à durée déterminée, en général de trois ans, pour leur partenariat. Son bureau reçoit chaque semaine 3 ou 4 projets d’hôtels pour faire des analyses de marché et proposer des solutions avec un staff d’une dizaine d’employés.

Fernand Donnet: Sa société est active dans l’expertise et la gestion de 14 hôtels. (Crédits: Dr)

Gros projets en Croatie et en Georgie

Outre des projets de la chaîne Marriott, dont le Moxy à Sion, les Courtyard by Marriott de Bienne et de Fribourg et un AC by Marriott à Saint-Julien-en-Genevois (F) prévus pour 2021 et 2022, Sophos se prépare à l’ouverture au 1er décembre d’un Marriott à Moscou (225 chambres) et d’un Courtyard à Batumi, en Géorgie (150 chambres), qu’il espère ouvrir en mars 2021. Sans parler d’un établissement de 496 chambres en Croatie avec Wyndham, une chaîne d’origine américaine, la plus importante au monde en nombre d’hôtels.

En Turquie, où Sophos a développé une filiale à Istanbul avec un partenaire turc, une quarantaine d’établissements ont été ouverts: «On s’occupe du développement et de la construction avec l’aide d’équipes techniques et d’architectes. Ensuite, ce sont les propriétaires eux-mêmes qui s’occupent du management.»

Malgré l’ampleur de ses projets internationaux qui ont touché une douzaine de pays, le CEO de Sophos est peu visible dans les médias. Fernand Donnet ne recherche pas la publicité que d’autres obtiennent à moindre prix: «Vis-à-vis de nos clients qui voient tous les Suisses comme des banquiers, nous avons des structures légères. Nos prix sont très compétitifs, nous nous déplaçons en transports publics et volons en classe économique. On ne se déplace pas pour se déplacer.»

«Intégrer le management dans l’opérationnel»

Plusieurs projets ont pris du retard avec la crise survenue en mars dernier. D’un jour à l’autre, Sophos a dû mettre son personnel au chômage technique et repousser un certain nombre d’ouvertures d’hôtels. Fernand Donnet reste relativement optimiste pour sa branche, à condition qu’elle sache se réinventer: «Il va falloir faire des économies, notamment dans le personnel. A l’étranger, c’est plus facile, les salaires sont moins élevés. Il va falloir intégrer le management dans l’opérationnel. Le directeur peut très bien se retrouver derrière le passe à midi pour donner un coup de main. On a eu tendance à cloisonner les services, même au sein d’un même département. Il faudra réapprendre la polyvalence. L’Etat peut aider les secteurs en difficulté, pas éternellement. Avec une baisse de volume de 30 à 50%, il serait naïf de croire qu’il n’y aura pas de dégâts. On ne peut attendre que l’investisseur se transforme en mécène.»

Oliver Grivat

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."