Bilan

Givaudan suscite l'appétit des investisseurs après ses ventes sur 9 mois

En même temps qu'il publiait ses chiffres de croissance après 9 mois, le groupe verniolan a confirmé ses objectifs à moyen terme, soit une hausse des ventes annuelles de 4 à 5%, supérieure à celle du marché.

Le titre avait atteint ses plus hauts historiques (2835 francs) à mi-juin.

Crédits: Keystone

L'action Givaudan reprenait l'ascenseur en direction des 2800 francs jeudi à l'ouverture de la Bourse suisse, dans la foulée de la publication de ventes sur neuf fois très solides et légèrement supérieures aux attentes. Le groupe genevois tient son rang de numéro 1 mondial des arômes et parfums.

A 9h15, le titre gagnait 2,0% à 2791 francs, se rapprochant à nouveau de son plus haut historique de 2835 francs atteint en juin. L'indice SMI des 20 valeurs vedettes progressait dans le même temps de 0,3%.

Objectifs à moyen terme

En même temps qu'il publiait ses chiffres de croissance après 9 mois, le groupe verniolan a confirmé ses objectifs à moyen terme, soit une hausse des ventes annuelles de 4 à 5%, supérieure à celle du marché.

En comparaison annuelle, Givaudan a vu ses revenus bondir de 14,5% à 4,66 milliards de francs de janvier à septembre, avec des augmentations en pourcentage à deux chiffres pour ses deux divisions.

Les analystes se sont montrés plutôt élogieux. La croissance organique en particulier (+6,4%) a été supérieure aux 5,8% prévus par le consens AWP. Les produits à haute valeur ajoutée avec de bonnes marges comme la parfumerie fine ont dégagé de bonnes affaires. Pour les arômes également, le groupe a crû un peu plus que prévu.

Les analystes

Theodora Lee Joseph, de Goldman Sachs, souligne que le groupe s'est bien développé pour tous les produits et dans toutes les régions. La qualité est aussi au rendez-vous. Cela est surtout vrai selon elle en Amérique du Nord, où Givaudan fait sensiblement mieux que ses concurrents, en butte récemment à des baisses de ventes.

Patrick Rafaisz, analyste maison d'UBS, salue la croissance générale des ventes mais tempère l'analyse de l'experte de Goldman Sachs concernant l'Amérique du Nord, où il met un bémol sur l'évolution des ventes pour les arômes.

André Schäfferling, de Credit Suisse, souligne le fait que la multinationale soit parvenue à répercuter les hausses des prix des matières premières sur sa clientèle.

Le titre avait atteint ses plus hauts historiques (2835 francs) à mi-juin.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."