Bilan

Genève : près de 300 bars et restaurants pourraient fermer

De nombreux établissements du canton ne sont pas en règle avec une loi entrée en vigueur en janvier 2016. Les premières lettres de sommation de fermeture ont été envoyées le 26 septembre.

Les premières lettres de sommation de fermeture ont été envoyées le 26 septembre dernier. L'envoi se poursuivra dans les semaines à venir et, dès réception de la sommation, l'établissement sera fermé.

Crédits: Pixabay

D'après un communiqué publié par les autorités du Canton de Genève, dès le 15 octobre 2018, quelque 280 établissements de restauration, de débit de boissons, d'hébergement et de divertissement du canton de Genève, répertoriés comme non autorisés par l'office cantonal de l'inspection et des relations du travail (OCIRT), se verront contraints de fermer s'ils ne se conforment pas aux exigences de la loi entrée en vigueur le 1er janvier 2016 (loi sur la restauration, le débit de boissons, l’hébergement et le divertissement (LRDBHD) et de son règlement d'application (RRDBHD)). Cela représente environ 10% des établissements qui ne respectent pas la loi, comme le précise un article de la Tribune de Genève.

Par égard pour les entreprises qui ont respecté les nouvelles dispositions légales, le département de l'emploi et de la santé (DES), par la voix de son conseiller d'Etat, M. Mauro Poggia, entend faire respecter la loi et ainsi garantir le principe d'équité entre les établissements de la restauration et de l'hébergement et préserver une concurrence loyale dans ce secteur économique.

Mesures d'accompagnement 

Les autorités cantonales précisent que suite à l'entrée en vigueur, le 1er janvier 2016, de la nouvelle LRDBHD, l'OCIRT – pour lui le service de police du commerce et de la lutte contre le travail au noir (PCTN) – a déployé, en étroite collaboration avec les organisations professionnelles du secteur, d'importants efforts de formation et d'information afin de pouvoir accompagner les établissements dans le basculement vers le nouveau dispositif. A force de rappels et d'un processus de facilitation mis en place, la mise en conformité s'est faite progressivement. A ce jour, 2368 établissements sont autorisés. Néanmoins, environ 280 entreprises restent sans autorisation d'exercer valide.

Dernière ligne droite

Les entreprises qui ne se seront pas manifestées auprès de l'OCIRT, pour lui le PCTN, recevront un courrier de sommation et se verront contraintes de fermer leur établissement jusqu'à ce qu'une demande d'autorisation soit déposée. Les premières lettres de sommation de fermeture ont été envoyées le 26 septembre dernier. L'envoi se poursuivra dans les semaines à venir et, dès réception de la sommation, l'établissement sera fermé. La fermeture des établissements se fera donc progressivement à partir du 15 octobre.

 

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."