Bilan

Firmenich réussit une belle opération

En mettant la main sur 17% du capital du groupe familial Robertet, le N°3 mondial des parfums et des arômes dame le pion à ses principaux concurrents, IFF et Givaudan.

Crédits: AFP

La société de private equity First Eagle Investment Management devrait pouvoir encaisser un joli chèque d’environ 285 millions de francs en échange des 17% du capital du groupe familial français Robertet, N°9 mondial. Ce géant qui gère plus de 100 milliards de francs d’actifs était entré dans le capital de Robertet voici une dizaine d’années. Il en a détenu jusqu’à 25%, avant de céder une partie de ces titres en 2013, puis cette année, tout d’abord en mai, puis en juin, avant de finir par vendre la totalité de sa participation au mieux offrant.

Ayant réalisé 525 millions d’euros de chiffre d’affaires (environ 570 millions de francs) en 2018, Robertet reste dirigé par la quatrième génération de la famille Maubert. Comparativement, la société familiale Firmenich a réalisé un chiffre d’affaires de 3,7 milliards de francs lors de l’exercice qui s’est achevé à fin juin 2018. L’exercice achevé fin juin 2019 aurait permis encore une progression. Le chiffre précis sera communiqué le 8 octobre prochain, après l’approbation des comptes lors d’une assemblée générale familiale prévue le 7 octobre.

Du long terme

«Nous sommes une entité familiale, tout comme eux. Notre objectif est de soutenir le développement de Robertet sur le long terme», comme nous l’a précisé Nollaig Forest, en charge de la communication chez Firmenich. «Firmenich a le plus grand respect pour Robertet, ses valeurs familiales, sa vision à long terme et son savoir-faire de pointe en matière d’ingrédients naturels», a déclaré Patrick Firmenich, président du conseil d’administration de Firmenich. La société familiale genevoise se déclare prête à demeurer un actionnaire minoritaire passif et de long terme de Robertet aux côtés de la famille Maubert. «Firmenich est aussi disposé à discuter amicalement d’une éventuelle augmentation de sa participation et également prêt à construire une collaboration plus étroite afin d’accompagner le succès à long terme de la société. Si cela lui était proposé, Firmenich pourrait également envisager de prendre une participation de contrôle dans Robertet», indique le communiqué de presse officielle.

Le secteur des arômes et des parfums ne cesse de se consolider. Comme nous l’expliquait Peter Wullschleger, porte-parole de Givaudan, lorsque Frutarom (n°6 mondial du secteur) a été absorbé par l’américain IFF (n° 3 mondial, devenu depuis n°2 avec un chiffre d’affaires de 4 milliards de francs), ce serait lié au développement des marques locales et régionales, un peu partout sur la planète. Il s’agirait ainsi de mieux couvrir les particularismes. Cette prise de participation dans un des géants du secteur intervient alors que Firmenich a effectué pas moins de 8 acquisitions durant les deux dernières années. Par ailleurs, Robertet a ouvert une antenne à Genève dès 1979, laquelle est présidée par Xavier Givaudan, lequel siégea un temps au sein du conseil de la maison-mère de Robertet à Grasse, mais qui n’a plus rien à voir avec le groupe Givaudan

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."