Bilan

Dans les coulisses de Firmenich

Créer des senteurs et saveurs demande d’une quinzaine de jours à plusieurs mois. Voici les étapes, pour les parfums et les arômes.

Parfums: Créer.

Crédits: Nicolas Righetti/Lundi13

Shampoing, jus d’orange, chips, déodorant... Derrière les produits de nos marques préférées se cache une entreprise familiale présente dans le monde entier mais établie à Genève depuis 125 ans: Firmenich. Grâce à sa palette de quelque 2000 ingrédients (naturels, synthétiques et de biotechnologie), elle fabrique chaque année des centaines de parfums et d’arômes qui serviront de déclencheurs d’achat chez le consommateur. Chaque jour, environ 4 milliards de personnes dans le monde en consomment.Leader mondial dans la parfumerie fine, Firmenich compte à ce jour 100 nez (parfumeurs) pour concevoir les formules de ses clients. C’est un métier rare, qui dénombre moins de professionnels qu’il n’existe actuellement d’astronautes en fonction.

Des marchés porteurs

Aujourd’hui, le marché croissant sur lequel s’appuie davantage l’entreprise est celui de l’alimentaire. «Le monde se transforme avec le Covid-19. Cela nous donne l’opportunité d’aller vers de nouveaux créneaux comme la réduction de sucre», souligne le CEO Gilbert Ghostine. L’an dernier, un trillion de calories ont ainsi pu être supprimées des aliments de leurs clients tout en conservant un goût sucré grâce à une technologie Firmenich. D’autres innovations se dessinent également, notamment dans la branche des protéines végétales. La dernière trouvaille: le goût de bœuf grillé développé à l’aide d’intelligence artificielle.

Parfums

1. Créer Pour le développement d’un parfum de lessive, le parfumeur reçoit un cahier des charges de la part du client et intègre toutes les demandes dans un logiciel de création assisté par intelligence artificielle. Il y ajoute des données concernant les goûts des consommateurs en termes de lessive et imagine le parfum.

(Nicolas Righetti/Lundi13)

2. Matérialiser Une fois créée, la formule du parfum est envoyée de manière digitale au laboratoire de pesée où l’assistant mélange une partie des matières premières manuellement, l’autre étant robotisée afin de gagner du temps.

(Nicolas Righetti/Lundi13)

3. Mélanger Le nouveau parfum est ensuite ajouté dans l’échantillon de lessive neutre, sans odeur, envoyé au préalable par la marque.

(Nicolas Righetti/Lundi13)

4. Tester La lessive, avec l’essai de parfum intégré, est ensuite évaluée à plusieurs reprises, à des étapes clés pour le consommateur (sortie de machine, manipulation du linge, odeur diffusée dans la pièce, après 24 heures, etc.). Enfin, le prototype est soumis au client.

Arômes 

(Nicolas Righetti/Lundi13)

1. Créer Afin de fabriquer un arôme de fraise pour un yaourt, les clients prennent contact avec Firmenich et expliquent leur problématique. L’aromaticienne fait le point sur les attentes de la marque, les combine avec les éléments factuels du marché ainsi que sa sensibilité personnelle vis-à-vis du fruit pour créer la formule.

(Nicolas Righetti/Lundi13)

2. Matérialiser Au laboratoire, les matières premières sont assemblées dans les proportions décrites dans la formule, telle une recette de cuisine, puis les échantillons sont confiés aux collaborateurs des applications.

(Nicolas Righetti/Lundi13)

3. Mélanger Aux applications, les laborantins vont mélanger dans plusieurs sortes de yaourts naturels envoyés par le client une confiture de fruits et l’arôme de fraise créé par l’aromaticienne.

(Nicolas Righetti/Lundi13)

4. Tester Le mélange est ensuite goûté afin d’évaluer et mesurer la performance de ce qu’avait à l’esprit l’aromaticienne versus ce que l’arôme provoque comme sensation en réalité. Ce processus est ensuite réitéré plusieurs fois afin d’affiner la formule et envoyer un prototype au client.


Firmenich en chiffres

1895 Date de création de l’entreprise
4
milliards de chiffre d’affaires
10 000
collaborateurs
3
branches (parfum, taste & beyond, ingrédients)
140
pays
5
générations d’entrepreneurs
48
usines dans le monde
2000
ingrédients dans la palette
4
milliards de consommateurs indirects par jour


Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste à Bilan

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud en passant par l'Egypte, quand cette jeune journaliste de Bilan, férue de voyages, n'explore pas les quatre coins de la planète, elle exerce son autre passion: l'écriture. Après avoir consacré la plupart de ses étés à des stages dans les rédactions de Suisse romande (entre autres 20 minutes, Tribune de Genève, L'Agefi et le Temps), la Genevoise s'est arrêtée deux ans à Neuchâtel pour obtenir son Master en journalisme. A présent bien installée dans les rangs de Bilan, elle aiguise ses armes en écrivant pour le magazine et bilan.ch Curieuse, son champ d'action se veut à peu près aussi vaste que celui de l'économie: Management, innovation, luxe, entreprises, immobilier...

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."