Bilan

Firmenich confirme son penchant durable

Alors que la transparence environnementale des entreprises gagne en importance, pour la troisième année consécutive, le parfumeur genevois obtient la certification CDP Triple A.

Après la pandémie de coronavirus, l’un des prochains défis majeurs à venir est déjà connu de tous: le climat. Ses effets se faisant déjà ressentir, une conscience environnementale croissante s’observe dans tous les pans de la société, notamment celui du monde des affaires.

Si bien qu’à présent la transparence environnementale des entreprises sert à éclairer tant les stratégies d'investissement que d'approvisionnement. En 2020, ce sont pas moins de 515 investisseurs avec 106 milliards de dollars d’actifs et plus de 150 acheteurs avec 4 milliards de dollars de pouvoir d’achat qui ont demandé à des entreprises de divulguer leur notation CDP.

Un record de divulgation

Preuve de cet intérêt pour les actions environnementales, cette année plus de 9'600 entreprises ont ainsi été notées via le CDP, soit 14% de plus qu’en 2019 et 70% de plus que lors de la signature de l’Accord de Paris. Représentants aujourd’hui la moitié de la capitalisation boursière mondiale, ces sociétés montrent l’exemple.

Ce qui réjouit Paul Simpson, CEO du CDP (la référence en matière de reporting environnemental des entreprises): «Le leadership du secteur privé créera un cercle vertueux d’ambition qui viendra renforcer l’action gouvernementale et garantira que les ambitions mondiales pour une économie durable zéro carbone deviennent une réalité.»

Parmi les dix pionniers à avoir obtenu un score triple A en 2020 en ce qui concerne le climat, les forêts et l’eau, le parfumeur genevois Firmenich est l’une des deux seules entreprises au monde à l’avoir obtenu trois années consécutives.

L'exemplarité suisse

Récompensé pour sa durabilité, Firmenich n’en est pas à ses premiers engagements environnementaux. En 1991 déjà, un an avant la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, le spécialiste des arômes et des parfums avait signé la Charte des entreprises pour un développement durable de la Chambre de commerce internationale (CCI).

Gilbert Ghostine, CEO de Firmenich

«Aujourd’hui, sur les 148 sociétés suisses, nous sommes premier du classement CDP. Ceci s’explique en partie par le fait que cette année, 100% de l’électricité consommée sur les sites de notre Groupe était d’origine renouvelable. C’est inédit dans notre secteur», souligne le CEO de Firmenich, Gilbert Ghostine.

Avec des objectifs fixés pour atteindre la neutralité carbone dans ses opérations en 2030, Firmenich se dit sur la bonne voie: «Depuis 2015, notre production a augmenté de 22% alors que nos émissions ont diminué de 45%», confirme son CEO.

Des avancées mondiales

D’autres entreprises ayant obtenu la certification CDP Triple A se veulent également pionnières dans leur domaine. A l’image du constructeur automobile japonais Toyota qui a réalisé une électricité 100% renouvelable dans toutes ses usines de production européennes et quatre usines sud-américaines. L'entreprise technologique indienne Tech Mahindra a quant à elle installé des systèmes de collecte des eaux de pluie pour réduire la dépendance vis-à-vis des sources d'eau menacées de surutilisation.

De son côté, le producteur alimentaire américain Mars  a simplifié sa chaîne d'approvisionnement en huile de palme, la réduction du nombre d'usines utilisées dans l'ensemble a amélioré la responsabilité et permis le suivi par satellite pour surveiller l'utilisation des terres pour la déforestation. Une autre société américaine, de vêtements cette fois-ci, Levi Strauss & Co. travaille avec des fournisseurs désignés pour identifier et mettre en œuvre des interventions d'énergie renouvelable et d'économie d'eau dans dix pays.

Le géant mondial de l'informatique HP Inc a augmenté le pourcentage de son papier de marque certifié FSC de 3% en 2009 à 100% maintenant et peut suivre l'origine du produit jusqu'aux usines individuelles. La société japonaise KAO Corporation qui produit des biens de consommation et des produits chimiques a introduit une tarification interne du carbone pour promouvoir les investissements économes en énergie. Enfin, la société allemande d'arômes et de parfums Symrise AG s'approvisionne désormais en huile de palme 100% certifiée RSPO et propose des formations et des incitations financières à ses fournisseurs.

Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste à Bilan

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud en passant par l'Egypte, quand cette jeune journaliste de Bilan, férue de voyages, n'explore pas les quatre coins de la planète, elle exerce son autre passion: l'écriture. Après avoir consacré la plupart de ses étés à des stages dans les rédactions de Suisse romande (entre autres 20 minutes, Tribune de Genève, L'Agefi et le Temps), la Genevoise s'est arrêtée deux ans à Neuchâtel pour obtenir son Master en journalisme. A présent bien installée dans les rangs de Bilan, elle aiguise ses armes en écrivant pour le magazine et bilan.ch Curieuse, son champ d'action se veut à peu près aussi vaste que celui de l'économie: Management, innovation, luxe, entreprises, immobilier...

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."