Bilan

Fidelity International réduit sa participation dans Sika

La cession par Fidelity International de parts dans Sika réduit l'engagement du groupe constitué de Fidelity, de Cascade Investment, de la Fondation Bill Gates et de Columbia Threadneedles.

Ensemble, ce groupe d'investisseurs détient désormais 224.238 actions au porteur, soit 8,83% du capital de Sika et 4,9997% des droits de vote.

Crédits: Keystone

La société de gestion d'actifs américaine Fidelity International a réduit sa participation dans Sika, le groupe suisse de chimie de spécialités dont le français Saint-Gobain veut prendre le contrôle, a annoncé mercredi le fonds d'investissement Cascade, un de ses actionnaires de référence.

Le fonds d'investissement Cascade, contrôlé par Bill Gates, le fondateur de Microsoft, fait partie d'un groupe d'investisseurs internationaux qui se sont rangés aux côtés de Sika, s'opposant fermement à la prise de contrôle par le groupe français de matériaux de construction.

Fidelity International, un des membres de ce groupe d'investisseurs, détient encore une participation dont la valeur avoisine désormais 100 millions de francs suisses, a indiqué Cascade dans un communiqué.

Celle de Columbia Threadneedle Investments, un autre membre de ce groupe, ainsi que celle de Cascade et de la fondation Bill & Melinda Gates représentent respectivement environ 300 millions et 630 millions de francs suisses.

Ensemble, ce groupe d'investisseurs détient désormais 224.238 actions au porteur, soit 8,83% du capital de Sika et 4,9997% des droits de vote, est-il indiqué, sans que soit précisé le niveau précédent de sa participation.

Le groupe continue de s'opposer à la transaction et a réaffirmé son soutien au conseil d'administration. 

En décembre 2014, Saint Gobain avait proposé 2,75 milliards de francs suisses (2,5 milliards d'euros) aux héritiers du fondateur de Sika pour racheter leurs parts.

Celles-ci se montent 16,1% du capital mais représentent 52,4% des droits de vote, ce qui permettrait à Saint-Gobain de prendre le contrôle de la société sans avoir à lancer d'offre publique d'achat.

Mais la direction et une partie du conseil d'administration de Sika s'étaient opposées à cette transaction, avec l'appui d'investisseurs internationaux. 

La bataille avait rapidement viré au bras de fer juridique, chacune des parties multipliant les procédures pour faire valoir ses positions, sans toutefois parvenir à sortir le dossier de l'impasse.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."