Bilan

Face au dollar fort, Procter & Gamble taille dans ses coûts

Procter and Gamble (P&G) a annoncé mardi un bond inattendu de ses bénéfices trimestriels, évoquant des économies qui lui ont permis de limiter les dégâts dus à un dollar fort.

Procter & Gamble essaie depuis 2014 de s'adapter à ce nouvel environnement de faible croissance en taillant fortement dans ses coûts.

Crédits: Reuters

Procter and Gamble (P&G), fabricant américain de savons, détergents et produits de beauté et d'hygiène, a annoncé mardi un bond inattendu de ses bénéfices trimestriels, évoquant des économies qui lui ont permis de limiter les dégâts dus à un dollar fort.

Le résultat net trimestriel a augmenté sur un an de 28% à 2,75 milliards de dollars, soit un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 86 cents contre 82 cents attendus en moyenne par les analystes.

Le chiffre d'affaires a, lui, reculé de 7% à 15,76 milliards, avec une baisse des ventes dans toutes les branches d'activité, des produits d'hygiène aux produits pour bébés et féminins en passant par les produits de beauté.

Cette baisse généralisée est due essentiellement à l'appréciation du dollar qui a réduit de 5% les revenus, en l'occurrence ceux engrangés à l'international, explique le groupe. En 2015, 60% des ventes du groupe américain avaient été réalisées hors des Etats-Unis.

La déconsolidation des activités au Venezuela a pesé pour 2% sur les ventes trimestrielles et les écarts liés aux cessions d'actifs de 1%.

A taux de change et à périmètre constants, le chiffre d'affaires trimestriel a augmenté de 1%. Ce dernier chiffre était salué par les analystes, dont Lauren Lieberman de Barclays, qui parle de "soulagement" au moment où de nombreux groupes du secteur des biens de consommation courante sont confrontés à un ralentissement de l'économie mondiale.

"Beaucoup d'économies dépendantes du pétrole ont du mal avec les cours bas actuels. Ceci affecte la consommation et les niveaux de nos ventes dans ces marchés tels la Russie, le Moyen-Orient et l'Amérique latine", a déclaré Jon Moeller, le directeur financier, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Pour le dirigeant, si le marché américain a "un peu accéléré", l'Europe, elle, stagnes.

Cure d'austérité

Procter & Gamble essaie depuis 2014 de s'adapter à ce nouvel environnement de faible croissance en taillant fortement dans ses coûts.

Le groupe s'est délesté des piles Duracell et des savons Zest et Camay et est en train de céder 41 marques de produits de beauté (shampoings Wella, les maquillages Max Factor et CoverGirl) au parfumeur Coty pour 12,5 milliards de dollars. La transaction devrait être finalisée au second semestre.

Après un premier plan d'économies ayant entraîné 20.000 suppressions d'emplois, le nouveau directeur général David Taylor a annoncé en février une nouvelle cure d'austérité prévoyant d'économiser 10 milliards de dollars d'ici 2021, mais les détails restent pour l'instant flous.

"Les efforts de productivité vont être faits dans la chaîne de fournisseurs", a simplement déclaré mardi Jon Moeller, sans dire si le groupe prévoyait des vagues de suppressions d'emplois comme le murmurent les marchés.

Procter & Gamble a diminué ses coûts de 9% lors des trois derniers mois et a aussi procédé à des hausses des prix, en moyenne de 1%, de ses différents produits pour protéger ses marges et contrer la dépréciation des monnaies de pays émergents face au dollar.

Cette décision et la déconsolidation de ses activités au Venezuela ont conduit à une stagnation des volumes de ventes.

Mais pour le reste de l'exercice fiscal devant clôturer en juin, le groupe mise davantage sur la hausse des volumes que sur celle des tarifs pour maintenir le niveau de son chiffre d'affaires.

P&G a confirmé son principal objectif financier d'une croissance organique du chiffre d'affaires comprise entre 1% et 5% de son chiffre d'affaires.

Le bénéfice par action ajusté devrait baisser de 3 à 6% comparé à l'exercice fiscal précédent, contre un recul de 3 à 8% prévu encore en janvier.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."