Bilan

Ethical Coffee veut détrôner Nespresso d’ici trois ans

Depuis qu’il peut enfin commercialiser ses produits en Suisse, le nouveau venu veut arracher une bonne part de marché au géant veveysan, en misant sur l’environnement, la qualité et le prix.

Jean-Paul Gaillard devant le tram qu'il vient d'inaugurer aux couleurs d'Ethical Coffee.

Crédits: DR

Aujourd’hui, Ethical Coffee lance une grosse campagne de communication qui débute par l’inauguration d’un tram genevois aux couleurs de la marque de café biodégradable. Tout un symbole puisque le véhicule symbolise la mobilité verte. C’est effectivement sur ce créneau que la marque entend faire sa place, grâce à des capsules composées essentiellement de fibres végétales, mais également en vendant du café "moins cher et de meilleure qualité" que son rival de toujours, le géant Nespresso. En effet, le CEO et fondateur d’Ethical, le très volubile Jean-Paul Gaillard, est un ancien de la multinationale veveysane. C’est même lui qui aurait redressé Nespresso pour le groupe Nestlé, en définissant et en mettant en œuvre son modèle d'affaires, ainsi qu’en créant le club Nespresso.

Désormais, après trois ans d’entraves juridiques, techniques et commerciales, ainsi que 15 procès gagnés contre Nespresso, Ethical Coffee peut enfin commercialiser ses produits en Suisse. « Aujourd’hui, nous avons signé un pacte de non-agression », souligne l’homme d’affaires, inquiet par le manque de concurrence en Suisse. Ethical Coffee est commercialisé depuis 2010 en France et progressivement dans toute l’Europe dès 2011. Disponible pour l’heure chez Media Markt et Aligro, l’entreprise basée dans le canton de Vaud entend élargir ses points de vente. Et d’ici trois ans, ambitionne de dépasser son concurrent en termes de part de marché en Suisse (on estime à 75% les parts de marché de Nespresso).

Plainte pour espionnage 

Depuis qu’il a lancé Ethical Coffee, Jean-Paul Gaillard a déposé plainte pour espionnage industriel contre X. Celui qui est également convaincu d’avoir été mis sur écoute et qui a peur pour l'avenir de ses enfants ne mâche pas ses mots : « Tout le monde nous a mis des bâtons dans les roues parce que personne ne sait faire du biodégradable. On dérange également les industries du plastique et de l’aluminium. » 

« Il faut arrêter de consommer idiot. A l’avenir, tous les produits devraient être biodégradables », insiste-t-il. « Les consommateurs doivent savoir que le recyclage pollue. Les gigantesques continents de plastique le prouvent. » Ainsi, celui qui dit se moquer de la réussite financière, est fier d’être l’instigateur d’un nouveau modèle de consommation vert. « Le biodégradable doit toucher tous les secteurs. C’est l’une des raisons qui nous poussent à collaborer avec d’autres entreprises pour développer des produits qui vont dans ce sens-là. »

Les capsules Ethical Coffee se vendent 20% moins chers et sont compatibles avec les machines Nespresso. Ethical Coffee propose également des machines en inox « faites pour durer ».

« Notre café est de meilleure qualité, torréfié de manière artisanale, et nous coûte 10% de plus que ce qu’il coûte à nos concurrents. » Le Valaisan ne communique pas le chiffre d’affaires de l’entreprise. Il précise toutefois qu’elle emploie 170 personnes et bénéficie d’un fort taux de croissance.

Chantal Mathez

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."