Bilan

Etats-Unis: premiers versements de l'aide aux compagnies aériennes

L'administration Trump a déboursé lundi les premières aides à l'emploi aux compagnies aériennes, après avoir finalisé avec elles un plan de sauvetage d'un secteur menacé de succomber aux conséquences de l'épidémie de Covid-19.

United Airlines compte emprunter jusqu'à 4,5 milliards de dollars au Trésor dans le cadre du plan de sauvetage sur 5 ans.

Crédits: Keystone

Le Trésor -qui s'était accordé avec les compagnies aériennes le 14 avril après d'âpres négociations- a versé lundi, les 2,9 premiers milliards de dollars de l'enveloppe totale, à «deux grandes compagnies aériennes et 54 transporteurs plus modestes», précise un communiqué.

Au total, les entreprises du secteur qui ont accepté de bénéficier de l'aide du programme de sauvetage de l'emploi (PPP) représentent «95% de la capacité totale des compagnies aériennes des Etats-Unis».

Le secteur du transport aérien emploie directement plus de 750.000 personnes aux Etats-Unis.

Le plan d'aide à l'emploi des compagnies aériennes adopté dans le cadre d'un gigantesque plan de relance de l'économie de 2.200 milliards de dollars prévoit une enveloppe de 25 milliards de dollars pour préserver les emplois jusqu'au 30 septembre.

Les compagnies aériennes peuvent également accéder à des prêts à long terme et faible taux.

Outre les 4 grandes (American Airlines, Delta Air Lines, Southwest Airlines et United Airlines), Allegiant Air et Spirit Airlines ont également finalisé leurs négociations avec le Trésor.

Alaska Airlines, Frontier Airlines, Hawaiian Airlines, JetBlue Airways et SkyWest Airlines ont également indiqué qu'elles avaient l'intention de participer au programme, a précisé le Trésor.

L'administration n'a donné aucun détail précis sur l'accord mais a précisé que «les contribuables seraient dédommagés de manière appropriée».

«Les fonds ainsi déboursés peuvent servir uniquement à payer les salaires des employés et autres avantages négociés», souligne le Trésor, qui affirme avoir reçu des centaines de demandes.

Des sources proches du dossier, avaient indiqué à l'AFP le 14 avril, que les compagnies aériennes devaient rembourser à terme 30% de l'argent qu'elles devraient recevoir.

Le gouvernement fédéral devrait aussi recevoir en échange de son aide des «warrants», qui sont des produits financiers pouvant être convertis en actions. Ces «warrants», dont le prix est généralement fixé à l'avance, devraient représenter 10% de la valeur de l'aide que percevra chaque compagnie.

L'Etat devrait par conséquent devenir un actionnaire minoritaire de la dizaine de compagnies aériennes signataires.

Lundi, United Airlines avait indiqué dans un document déposé auprès du gendarme de la Bourse, qu'elle comptait emprunter jusqu'à 4,5 milliards de dollars au Trésor dans le cadre du plan de sauvetage sur 5 ans.

La compagnie avait aussi indiqué qu'elle toucherait 5 milliards de dollars dans le cadre du plan d'aide à l'emploi dont 3,5 milliards sous forme d'aide et le restant sous forme de prêts sur 10 ans avec un taux d'intérêt de 1% sur les 5 premières années et 2% sur le reste de la maturité, avait-elle précisé.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."