Bilan

Et si Apple se payait Netflix pour croître ?

Le géant américain Apple, confronté à un net ralentissement de ses ventes d'iPhone, devrait envisager d'acquérir le leader de la vidéo en streaming Netflix pour doper sa croissance, selon la banque JPMorgan Chase.

Les ventes d'iPhone ne sont pas aussi élevées que prévu pour Apple. La banque JPMorgan Chase affirme que le géant américain devrait acquérir Netflix pour croître.

Crédits: DR

Le géant américain Apple, confronté à un net ralentissement de ses ventes d'iPhone, devrait envisager d'acquérir le leader de la vidéo en streaming Netflix pour doper sa croissance, selon la banque JPMorgan Chase.

Dans une note très commentée publiée lundi, la banque américaine affirme qu'elle a identifié "trois industries à valeur stratégique, pouvant offrir des relais de croissance" aux différents services qu'offre déjà la marque à la pomme. Parmi ces secteurs, celui de la vidéo. Netflix constituerait "la meilleure option stratégique" pour Apple, d'après la firme.

Cette acquisition permettrait à la société de Tim Cook de se développer dans le secteur de l'offre de vidéos sur mobile, de bénéficier des avantages d'"une plate-forme bien établie" pour accélérer ses investissements dans les contenus originaux, et de pouvoir augmenter de façon importante ses revenus publicitaires en ligne, affirme JPMorgan Chase.

L'option reste peu probable

La banque précise toutefois que cette option est "peu susceptible de se concrétiser" parce que Netflix pourrait demander un prix prohibitif pour se vendre. La société affichait une capitalisation boursière de 153,4 milliards de dollars lundi à la clôture de Wall Street, contre 810 milliards à Apple.

Les deux autres secteurs d'activités identifiés par la note sont ceux du jeu vidéo et des enceintes intelligentes. JPMorgan Chase estime qu'Apple devrait mettre la main sur l'éditeur de jeux vidéos Activision Blizzard et sur le fabricant d'enceintes connectées Sonos, fondé en 2002.

Les spéculations sur de potentielles acquisitions d'Apple reviennent comme un serpent de mer depuis des années, en raison du gros trésor de guerre dont dispose le fabricant de l'iPhone. Il disposait d'une trésorerie de 130 milliards de dollars à la fin du quatrième trimestre, malgré le versement de gros dividendes à ses actionnaires.

Mais la donne a changé car le groupe est confronté à une période de grande incertitude concernant ses relais de croissance future, alors que sa vache à lait, l'iPhone, a montré des signes d'essoufflement fin 2018. Le groupe s'attache désormais à convaincre qu'il possède d'autres alternatives de développement, comme les services -- la musique (iTunes), les moyens de paiements (Apple Pay) ou le streaming (Apple TV).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."