Bilan

En Suisse, les femmes peinent à accéder aux postes décisionnels

Un rapport mondial du World Economic Forum relève une importante disparité entre hommes et femmes, en termes d’opportunités professionnelles et de niveaux salariaux. Malgré une quasi-parité dans l’accès à l’éducation, la Suisse ne fait pas exception.

Malgré une montée en puissance des femmes dans les emplois hautement qualifiés, d’importantes différences salariales subsistent.

Crédits: Dr

Avec un tiers de femmes dans le management et le leadership, la Suisse pointe à la 50ème place sur les 145 pays du classement que propose le dixième rapport sur l’écart entre les genres, dévoilé jeudi par le WEF. Au sein des boards des entreprises suisses listées, les femmes ne dépassent pas les 8% des effectifs. Une réalité surprenante, quand le même rapport mentionne que, parmi les chefs d’entreprises interrogés, la perception de leur capacité à occuper un poste décisionnel est élevée (5.2 sur une échelle de 1 à 7).

L’accès à l’éducation ne permet pas d’expliquer cet écart, la parité étant atteinte dans l’enseignement supérieur. Une situation qui à échelle mondiale n’a rien d’exceptionnel, 97 pays accueillant même plus de femmes que d’hommes sur les bancs universitaires, mais qui permet aux Suissesses d’accéder à des professions à haut niveau de technicité (magistrature, médecine…).

Sur ces domaines, elles font pratiquement jeu égal avec leurs homologues masculins, avec 48% des postes. Une quasi-parité qui confère à la Suisse la …78ème place mondiale, les femmes s’arrogeant la majorité de ces emplois dans plus de la moitié des pays. En Biélorussie par exemple, elles occupent ainsi près de trois quarts des postes techniques supérieurs.

Différences salariales 

Malgré une montée en puissance des femmes dans les emplois hautement qualifiés, d’importantes différences salariales subsistent. Avec un revenu annuel de 44'000 francs en moyenne, les femmes suisses gagnent plus d’un tiers de moins que les hommes (69'000 francs), ce qui situe dans les faits le pays autour du 60ème rang mondial.

L’écart trouve en partie son origine dans le taux d’occupation: plus de 45% des femmes suisses travaillent à temps partiel contre moins de 10 % des hommes. Une situation qui peut également les pénaliser dans l’accès aux responsabilités, et expliquer leur sous-représentation dans les fonctions décisionnelles.

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."