Bilan

En recul, Banque Migros a dû se prémunir des risques liés au Covid

L'augmentation de risque de défaillance des entreprises causée par le Covid-19 a incité Banque Migros à se montrer prudente. L'établissement zurichois, filiale du géant de la distribution Migros, a constitué des corrections de valeur qui ont pesé sur sa principale source de revenus au premier semestre.

Au terme de la période sous revue, la banque avait octroyé pour 131 millions de francs de crédit Covid à des PME dans le cadre du programme de soutien à l'économie du Conseil fédéral.

Crédits: Keystone

Le résultat net des opérations d'intérêts s'est ainsi contracté de 3,8% sur un an à 236,2 millions de francs. Cette baisse est imputable à un montant de 9,3 millions de francs inscrit au titre des corrections de valeur, présenté comme une "mesure de précaution" contre d'éventuelles défaillances de crédit d'entreprises liées à la pandémie de coronavirus, indique Banque Migros vendredi.

Au terme de la période sous revue, la banque avait octroyé pour 131 millions de francs de crédit Covid à des PME dans le cadre du programme de soutien à l'économie du Conseil fédéral.

La marge d'intérêt demeure sous pression. "Mais il n'est actuellement pas question de répercuter la charge des taux d'intérêt négatifs sur nos clients", affirme Manuel Kunzelmann, nouveau directeur général entré en fonction en mai, cité dans le communiqué.

Volatilité appréciée


Dans les activités de gestion, les recettes ont augmenté de 6,9% à 52,9 millions grâce à une activité clientèle dopée par la volatilité sur les marchés financiers. Les opérations de négoce ont généré des revenus en recul de 13% à 16,4 millions, précise le communiqué. En résulte un produit d'exploitation de 313,8 millions, entamé de 2,4% en rythme annuel.

Les charges ont augmenté de 1,4% à 151,7 millions de francs, alourdies par les frais de personnel. L'effectif de Banque Migros est resté quasiment stable à 1367 équivalents plein temps.

Le résultat opérationnel s'est replié de 2,5% à 152,8 millions, avec un ratio coût-revenus péjoré de 0,4 point de pourcentage à 46,8%. Le bénéfice net affiche un recul de 4,8% à 125,5 millions.

Au bilan, les créances hypothécaires ont pris 1,8% entre janvier et juin, à 39,02 milliards de francs. La progression est encore plus marquée pour les autres créances à la clientèle, à 2,25 milliards. La hausse de 7,4% s'explique par les volumes générés par les crédits Covid.

Les dépôts ont atteint 37,0 milliards (+4,3%) pour une somme au bilan gonflée de 5% à 49,41 milliards. L'établissement zurichois revendique 796'400 relations clients.

Durant les mesures de semi-confinement, Banque Migros a fermé 10 de ses 67 succursales, précise le communiqué.

Aucune prévision chiffrée n'est fournie pour 2020. La banque affirme "être bien positionnée pour relever les défis futurs liés à la crise".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."