Bilan

Easyjet: la révolte gronde au sein du personnel de cabine suisse

Les tensions montent entre la direction d'Easyjet et son personnel de cabine en Suisse. Pour le syndicat SSP, "l'été 2018 a été le pire que le personnel navigant d'Easyjet a vécu".

Le syndicat prévient que "la fin de l'année risque d'être chaude".

Crédits: keystone

Les tensions sont montées d'un cran ces derniers jours entre la direction de la compagnie aérienne à bas coûts Easyjet et son personnel de cabine en Suisse. Partenaire social du transporteur en vertu d'une convention collective de travail (CCT), le syndicat SSP dénonce la détérioration des conditions de travail et la "surdité de la direction".

"L'été 2018 a été le pire que le personnel navigant d'Easyjet a vécu", s'insurge le syndicat vendredi par voie de communiqué, pointant du doigt l'augmentation du nombre de rotations, les pressions sur le personnel et "des salaires insuffisants pour vivre en Suisse". La dernière séance de négociations entre les deux parties a échoué le 18 octobre. "Après avoir tenté d'alerter, sans succès, son management direct, le personnel de cabine d'Easyjet Suisse se mobilise pour ses revendications", indique le communiqué.

Lire aussiDans les coulisses d'easyJet à l'aéroport de Genève

Une pétition et une manifestation organisées en septembre n'ont vraisemblablement pas fait fléchir la direction, qui fait "la sourde oreille face aux revendications du personnel et se cache derrière ses dirigeants londoniens". Le syndicat prévient que "la fin de l'année risque d'être chaude". Selon le communiqué du SSP, Easyjet emploie en Suisse plus de 600 personnes en cabine réparties entre ses deux hubs de Genève et de Bâle, où sont basés respectivement 14 et 11 des appareils de sa flotte.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."