Bilan

Durabilité et transparence: le combo gagnant loin de l’étiquette

La durabilité reste un des domaines d’amélioration de nombreuses entreprises. Le Conseil fédéral a mis au point toute une marché à suivre au sujet de la question de responsabilité sociétale des entreprises (RSE). De son côté, Logitech promet la transparence de son empreinte carbone.

Crédits: DR

Une transparence des chiffres qui se veut être une invitation aux autres entreprises: Logitech annonce la publication de l’impact carbone de ses produits et emballages sur son site Internet. L’entreprise active dans les périphériques de bureau l’a annoncé via un communiqué de presse publié ce mardi matin. Les détails de l’empreinte carbone figureront sur l’emballage du produit. Le but ? Permettre aux clients de choisir en toute connaissance de cause et encourager les concurrents - l’industrie en général - à faire de même. «“Nous redoublons
d’efforts pour réduire l’impact environnemental de nos produits, mais nous ne pouvons y
arriver seuls. Cette politique de transparence vise à sensibiliser nos consommateurs afin d’œuvrer ensemble pour un monde meilleur. Il est en effet important de prendre conscience de notre consommation et de son impact.» affirme Bracken Darrel, président et CEO de la firme lausannoise. Il invite aussi les autres entreprises à rejoindre Logitech dans ce mouvement. «Nous espérons, ainsi, créer un élan dans lequel d’autres entreprises pourraient s’engager pour plus de transparence.» ajoute-t-il.

L'emballage comportera davantage d'informations, et notamment sur l'empreinte carbone du produit. Crédits: Logitech.

RSE: affichée mais véritablement discutée ?

Logitech affirme être la première entreprise active de ce secteur à fournir des détails sur l’empreinte carbone de ses produits. Pour cela, elle s’aide de tiers comme Natural Capital Partners, iPoint Group et des contrôleurs indépendants. Logitech a notamment développé “pendant des années” un Life Cycle Analysis (LCA - littéralement Analyse de Cycle de Vie). Cela permet de calculer l’empreinte carbone d’un produit de sa création à son recyclage, et ce selon le standard DEKRA. Logitech tient à montrer une certaine transparence, mais il n’en faut pas oublier la demande des clients. «Nous constatons un réel besoin de transparence et d’informations de la part des consommateurs» affirme Rebecca Fay, directrice marketing au sein de Natural Capital Partners.

Logitech entend ainsi répondre à la demande des consommateurs. Si beaucoup d’entreprises proposent des rapports de durabilité à la fin de l’année, cela se veut être un pas supplémentaire en direction d’une meilleure consommation. Surtout, cela devrait permettre aux clients de se détourner d’un produit s’ils se rendent compte qu’il ne répond pas à leurs valeurs. Les premiers produits de la marque à arborer ces précisions seront de la gamme gaming dans le courant de cette année 2020. Ensuite, les autres gammes suivront.

Ce qui est primordial dans cette initiative est d’avoir des données fiables et crédibles. Le fait de s’allier à des entités neutres et de publier la méthodologie et le protocole sur son site internet vise précisément à en faire un exemple. En Suisse, les entreprises sont encouragées à répondre à la question de la responsabilité sociétale. Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) met en avant les différentes initiatives en ce sens. Dans son plan d’action RSE 2020-2023, le Conseill fédéral évoque une série de mesures qui devraient permettre à la Suisse d’améliorer ses conditions de travail et son impact sur la planète. «La Confédération s’engage sur les plans national et international afin de promouvoir et d’harmoniser les rapports sur le développement durable publiés par les entreprises et de les réduire aux aspects essentiels. Lors des débats parlementaires sur le contre-projet indirect à l’initiative pour des multinationales responsables, le Conseil fédéral entend en outre s’engager en faveur d’une obligation, pour les grandes entreprises de plus de 500 collaborateurs, de rendre compte du respect des droits de l’homme et de la protection de l’environnement».

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."