Bilan

Dufry boucle le premier semestre dans le rouge

L'exploitant de boutiques hors taxes Dufry a bouclé la première moitié de l'année sur une perte nette attribuable aux actionnaires de 9,6 millions de francs.

Dufry souligne avoir déboursé jusqu'à fin juin pour plus de 180 millions de francs dans son programme de rachat d'actions.

Crédits: keystone

L'exploitant de boutiques hors taxes Dufry a bouclé la première moitié de l'année sur une perte nette attribuable aux actionnaires de 9,6 millions de francs, malgré une solide progression de ses ventes. Le déficit a néanmoins été réduit de plus de moitié sur un an.

Le chiffre d'affaires s'est étoffé de 7,2% à 4,10 milliards de francs et le bénéfice brut de 7,7% à 2,45 milliards pour une marge afférente de 59,8%, énumère vendredi le groupe établi à Bâle. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a bondi de 12,9% à 464,1 millions.

Le flux de trésorerie disponible attribuable aux actionnaires a explosé à 222,2 millions de francs, contre 16,5 millions sur la période de comparaison.

Les résultats s'inscrivent peu ou prou dans le cadre des projections des analystes consultés par AWP, à l'exception notable du résultat net. La prévision la plus pessimiste à ce sujet articulait un trou de 5,7 millions, tandis que la plus optimiste tablait sur un gain de 41,0 millions.

L'entreprise souligne avoir déboursé jusqu'à fin juin pour plus de 180 millions de francs dans son programme de rachat d'actions, sur une enveloppe totale de 400 millions. L'endettement net a par ailleurs été ramené à 3,15 milliards de francs, contre 3,69 milliards six mois plus tôt.

Peu de jalons chiffrés

La direction ne s'aventure pas sur le terrain des prévisions chiffrées pour l'ensemble de l'exercice, se contentant d'évoquer une poursuite de conditions de marché favorables dans l'ensemble, avec des difficultés persistantes sur certains débouchés.

"Les premières semaines de juillet se sont inscrites dans le prolongement de la tendance constatée au premier semestre", a répété en conférence de presse le directeur général Julian Diaz. La marge brute doit au terme de l'exercice s'être étoffée de 30 à 40 points de base.

Le flux de trésorerie disponible attribuable aux actionnaires doit s'établir dans une fourchette de 350 à 400 millions de francs, a de son côté confié le responsable financier, Andreas Schneiter.

UBS relève que si la croissance organique a ralenti, l'amélioration des flux de trésorerie est de nature à compenser ce handicap. Baader Helvea note de son côté que la confiance affichée par la direction ne s'accompagne toujours pas de jalons chiffrés sur l'ensemble de l'exercice.

Le ralentissement de la croissance organique était attendu, rappelle Vontobel, qui table toujours sur une progression de quelque 5% sur l'ensemble de l'exercice.

Si les analystes semblent accueillir avec une certaine bienveillance les données présentées, les détenteurs de capitaux tendaient à sanctionner le titre. A l'approche de 15h00, la nominative Dufry décrochait de 5,4% à 122,00 francs, dans un SLI en contraction cosmétique de 0,06%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."