Bilan

Droits humains: les Suisses en retard

Une étude montre que trop peu de grandes entreprises s’impliquent dans cette problématique.

Rares sont les sociétés qui vérifient les conditions de travail à l’étranger.

Crédits: Gianluigi Guercia/AFP

Jusqu’à l’adoption à l’unanimité en juin 2011 par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies des «principes directeurs en matière de droits humains» (lire l’encadré), l’actualité était marquée par des dénonciations récurrentes menées par des ONG quant au travail des enfants ou à l’utilisation de produits toxiques nocifs pour la santé. Depuis 2013, l’Administration fédérale travaille à l’élaboration d’une «stratégie Ruggie».

EconomieSuisse et SwissHoldings ont publié une brochure en juin 2015 où l’on apprend que ces principes directeurs sont désormais le cadre normatif de référence. Mais a-t-on assisté à une internalisation du respect des droits humains par les firmes? Pour le compte de Pain pour le prochain, Chantal Peyer a passé sous la loupe les 200 plus grandes entreprises suisses, soit les 100 sociétés cotées en bourse et les 100 sociétés non cotées ayant le plus gros chiffre d’affaires.

Le résultat est décevant: 61,5% des sociétés ne communiquent aucune information quant à une politique de droits humains. 27,5% publient un code de conduite s’appliquant à leur propre entreprise et à leurs principaux fournisseurs. 11% (22, dont 8 sont des filiales de groupes étrangers) des firmes étudiées font référence aux principes directeurs de l’ONU.

Une analyse qualitative complémentaire a été faite en examinant la politique en matière de droits humains des 14 entreprises dont le siège principal se situe en Suisse et qui font référence aux principes de Ruggie. Toutes été contactées. Celle qui s’en sort le mieux est Kuoni.

A l’image de Nestlé, Syngenta, UBS et Credit Suisse, elle a développé sa politique de droits humains en collaboration avec des ONG ou des instituts de recherche, mais, en plus, Kuoni a créé un comité d’experts indépendants qui sont intervenus à différentes étapes du processus de diligence. Kuoni est la seule à faire le pari d’une communication complètement transparente en publiant le contenu de ses évaluations d’impact. Dommage que ce groupe soit sur le point d’être racheté par une société suédoise de participation.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."