Bilan

Devenu Salt, l'opérateur Orange renforce son réseau et ses boutiques

Orange Suisse s'appelle désormais Salt. Cette nouvelle marque, qui a coûté 40 millions de francs au groupe, s'accompagne de nouvelles offres.

Salt veut renforcer la couverture de son réseau haut débit 4G.

Crédits: Salt

Orange a officialisé jeudi son changement de nom, l'opérateur s'appelant désormais Salt. Cette nouvelle marque, qui a coûté 40 mio CHF au groupe, s'accompagne d'un investissement accru dans le réseau et les boutiques, ainsi que de nouvelles offres incluant plusieurs appareils mobiles.

L'annonce, qui intervient après le rachat en décembre par le spécialiste français des télécoms Xavier Niel, n'est pas une surprise, le nouveau nom ayant été largement ébruité sur les réseaux sociaux. Ces derniers n'ont pas manqué de deviser sur la nouvelle appellation, les internautes parlant de "Saltimbocca", de "facture salée" ou de "sel dans la plaie".

Le directeur général (CEO) Johan Andsjö avait indiqué dimanche au journal "NZZ am Sonntag" tabler sur des coûts de 40 mio CHF générés par ce changement d'appellation. Le nouveau propriétaire Xavier Niel a approuvé le nouveau nom en seulement 24 heures, avait-il souligné.

Le nouveau nom permettra également d'économiser les frais de licence de l'ordre de 20 mio CHF par an, que l'entreprise avait jusqu'à présent dû payer pour l'appellation Orange, héritée du premier propriétaire France Télécom.

Le patron a cependant déçu les attentes sur une éventuelle guerre des prix, espérée par certains en raison du positionnement tarifaire agressif en France de l'opérateur Free, détenu par M. Niel.

"Nous n'initierons pas une guerre des prix", a-t-il précisé dans le journal dominical, ajoutant lancer une service "premium".

"Nous n'avons jamais eu de grande ambition de changer nos offres. Les offres qui sont aujourd'hui populaires changent seulement de nom. Il n'y a pas de changement important du côté des tarifs", a précisé le CEO dans un entretien à AWP. L'ex-Orange "ne pourra jamais battre Swisscom partout et en même temps, mais si nous nous concentrons sur la meilleure offre mobile", l'opérateur sera en mesure de concurrence le géant bleu, a-t-il indiqué.

Selon le CEO, le nouveau propriétaire privilégie une stratégique unique pour chaque pays dans lequel il est présent. M. Niel "veut faire ce qui est le mieux dans chaque marché. Il ne veut pas faire partout les mêmes choses comme un groupe international", a dit M. Andsjö.

LA PROCHAINE ÉTAPE DÉJÀ À L'ÉTUDE

Salt, comme s'appelle désormais l'ex-Orange, veut par contre renforcer la couverture de son réseau haut débit 4G et compte couvrir d'ici la fin de l'année 96% de la population suisse. La société compte également renforcer son réseau de boutiques, qui apparaîtront sous la nouvelle enseigne et dans un nouveau look vert d'ici lundi.

L'innovation proviendra aussi des abonnements, avec notamment une offre mobile combinant un smartphone, une tablette, un accessoire (casque, haut parleur, clavier) et une "App".

Salt travaille déjà à la prochaine étape, après son changement de nom, a ajouté le CEO. Ce dernier n'a cependant pas voulu dévoiler dans quelle direction future comptait aller le groupe. "Je ne vous dirai pas quelle sera la prochaine étape, mais nous travaillons déjà dessus", a-t-il dit en marge de la soirée de lancement de la nouvelle marque à Zurich, à laquelle étaient conviées 1200 personnes. Le changement de nom "n'est pas la dernière chose que nous allons faire", a insisté le CEO.

Interrogé sur le lancement éventuel d'une offre "triple-play", à l'instar de la Freebox française ou des concurrents suisses Swisscom, Sunrise et upc Cablecom, M. Andsjö a refusé de commenter.

Mi-décembre 2014, la société de participation britannique Apax a annoncé la vente d'Orange Suisse à NJJ Capital, holding de Xavier Niel pour 2,8 mrd CHF. Cela représente une plus-value de 800 mio pour Apax. Ce dernier avait acquis Orange Suisse en février 2012 auprès de France Télécom.

Le changement de propriétaire est effectif depuis février et le feu vert de la Commission fédérale de la communication (ComCom).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."