Bilan

Deux destins contrastés dans la pharma bâloise

Tandis qu'Actelion annonce des résultats impressionnants pour le premier trimestre, une autre pharma bâloise, Santhera, vit des heures critiques et pourrait disparaître prochainement.
Deux mois de retard pour publier les résultats 2012. Santhera Pharmaceuticals Holding aura tout tenté pour repousser l'échéance mais les chiffres sont implacables: perte nette de 31,4 millions de francs (27,8 millions en 2011). L'assemblée générale du 13 mai pourrait décider de la liquidation de l'entreprise, même si d'autres solutions (fusion, vente, licence de ses actifs) sont explorées.

La perte d'exploitation 2012 se monte à 31,2 millions de francs, contre 27,2 millions en 2011. Le chiffre d'affaires a beau avoir augmenté de 8,4% à 3,5 millions de francs sur 2012 (3,3 millions en 2011), la situation est critique avec une trésorerie réduite de près de moitié, à 12,3 millions de francs (contre 23,4 millions en 2011).

Financement insuffisant

«Le financement actuel de Santhera n'est pas suffisant. La société dépend de financements additionnels pour assurer la poursuite des activités d'ici au quatrième trimestre 2013 (...) L'accès à des fonds supplémentaires est décisif pour Santhera» et l'absence de tels fonds forcerait le laboratoire à arrêter son activité, souligne la société dans un communiqué.

Car, à ces difficultés financières, viennent s'ajouter des tensions sur la plan de la recherche et des autorisations. Le Comité européen des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments avait formulé en janvier une recommandation négative pour l'utilisation de Raxone, médicament pour le traitement de neuropathie optique de Leber.

Santhera avait alors déposé un recours. Le laboratoire basé à Liestal (BL) espère que les nouvelles données obtenues sur l'efficacité du Raxone conduisent à une autorisation de mise sur le marché.

Actelion en pleine forme

Tandis que Santhera traverse une période critique, une autre pharma des environs de Bâle jubile: Actelion a annoncé ce matin des chiffres excellents pour le premier trimestre 2013: bénéfice en hausse de 117% à 97,9 millions de francs, chiffre d'affaires à +4% (à 432,8 millions), résultat net en croissance de 119%.

Les craintes exprimées par certains analystes en début de décennie, en raison d'un portefeuille réduit de médicaments à fortes ventes, sont balayées.

Le groupe spécialisé dans les biotechnologies basé à Allschwil (BL) avait déjà vu pour 2012 son bénéfice se hisser à 537 millions de francs (480,6 millions en 2011), tandis que son chiffre d'affaires avait légèrement augmenté, de 1 % à 1,722 milliard.
Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."