Bilan

De Beers annonce des temps "difficiles" pour les diamants

Le leader mondial du diamant De Beers a affirmé lundi que le ralentissement économique de la Chine et un dollar fort font de 2015 une année "difficile" pour le secteur.

Malgré les déboires du secteur, M. Lussier a jugé que les baisses de prix des diamants bruts avaient peu de chance de se répercuter sur les consommateurs.

Crédits: AFP

Le leader mondial du diamant De Beers a affirmé lundi que le ralentissement économique de la Chine et un dollar fort font de 2015 une année "difficile" pour le secteur.

Les analystes ont indiqué que le prix des diamants pourrait chuter en raison d'une offre trop abondante alors que la demande baisse.

En août, De Beers a été obligé de concéder une baisse de prix de 9% pour contenter ses acheteurs internationaux et soutenir la demande, après avoir annoncé en juillet une révision à la baisse de sa production (29 millions de carats au lieu de 31 en 2015).

"Nous prévoyons que 2015 sera une année plus que difficile", a déclaré le PDG, Philippe Mellier, dans le dernier bulletin interne de l'entreprise "The Diamond Insight Report".

"Le renforcement continu du dollar par rapport aux principales monnaies, couplé à un ralentissement de la croissance économique de la Chine, va vraisemblablement conduire à une demande relativement atone dans la joaillerie mondiale du diamant pour cette année par rapport à 2014", note l'entreprise dans ce bulletin.

Le commerce des diamants est traditionnellement effectué en dollars.

M. Mellier prévoit cependant qu'une forte croissance reviendra "une fois que les stocks actuels auront été résorbés".

La Chine a connu une dévaluation du yuan et un crash boursier après une politique anti-corruption décidée par le président, Xi Jinping, qui a touché le marché du luxe.

"Le défi en Chine est que nous nous sommes tous habitués à des taux exorbitants de croissance... l'industrie doit se réajuster", a indiqué à l'AFP Stephen Lussier, PDG de Forevermark, la branche joaillerie du groupe.

Mais De Beers est toujours "optimiste" sur le rôle de la Chine à l'avenir, a ajouté M. Lussier, en déplacement à Hong-Kong.

La Chine représente 16% des ventes mondiales de diamants, derrière les Etats-Unis (42%) et devant l'Inde (8%).

En 2014, la plus forte progression en termes d'achats (7%) a été réalisée aux Etats-Unis, précise le groupe dans son rapport. Les achats chinois ont cru de 6% et ceux de l'Inde de 3%.

La demande mondiale a augmenté de 3%, dépassant pour la première fois les 80 mrd USD, toujours selon le groupe, qui souligne que l'Inde est un marché en développement rapide.

Malgré les déboires du secteur, M. Lussier a jugé que les baisses de prix des diamants bruts avaient peu de chance de se répercuter sur les consommateurs.

"Si vous regardez les prix des diamants en monnaies locales, dans beaucoup de pays, ils ont augmenté", a-t-il relevé.

L'appétit pour les diamants rares est également resté intact, a déclaré Jean-Marc Lieberherr, directeur général du secteur diamant du géant minier Rio Tinto.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."