Bilan

Daniel Truchi, l’influence asiatique

Ancien global CEO de la Société Générale Private Banking, le Français a passé vingt années en Asie. Mais c’est Genève qu’il a choisie pour lancer son multi-family office, DT & Partners.

Daniel Truchi: «La Suisse offre le meilleur environnement au monde pour la banque privée.»

Crédits: François Wavre/Rezo

Elu Best Private Banker Worldwide par le magazine anglo-saxon «The Private Banker» en 2009, Daniel Truchi s’est installé à Genève en 2012, après avoir vécu vingt ans en Asie. Il y a gardé beaucoup d’attaches.

Ses ex-collaborateurs l’appellent encore «boss». C’est une marque de respect. «En Asie, si vous voulez réussir en affaires, il faut être très déférent. La «face» est capitale. Et quand vous obtenez leur respect, c’est pour toujours.» Daniel Truchi a intégré tous les codes asiatiques.

Cultivé et discret, ce Français a fait tous les métiers de la banque avant de trouver sa vocation: la banque privée. «Ce qui m’intéresse, c’est de connaître le client, sa famille et de proposer une structure patrimoniale adaptée à ses besoins.» Ce goût de la gestion de patrimoine a fait de ce banquier hors norme un véritable spécialiste.

Son aventure asiatique a commencé en 1985 au Crédit Lyonnais puis à la Société Générale en 1993 à Hongkong, où il a «démarré l’activité banque privée ex nihilo. Nous avons développé tout le réseau en Asie du Sud-Est et du Nord jusqu’au Japon.»

Travailleur acharné, Daniel Truchi n’hésite pas à entreprendre. En 2007, le PDG de la Société Générale, Michel Bouton, lui confie les rênes de la banque privée du groupe au niveau mondial: 2800 salariés répartis dans 20 pays. Il gère alors 110 milliards de dollars d’actifs. Mais la crise économique et bancaire arrive. «A partir de 2009, la banque s’est orientée vers le contrôle des risques. Les nouvelles réglementations sont devenues plus contraignantes. J’ai préféré évoluer et créer ma propre structure.»

Et c’est Genève qu’il choisit pour lancer son family office DT & Partners, fin 2012. Il bénéficiait pourtant du statut de «résident permanent» à Singapour et à Hongkong. Pourquoi ne pas être reparti en Asie? «La Suisse offre le meilleur environnement au monde pour la banque privée. Et je suis désormais dans la configuration idéale: structure légère, flexible, et donc plus efficace. Je connais bien ce métier. Je fais appel aux compétences de mes partenaires extérieurs mais aussi à mes anciens collaborateurs.»

Inquiet pour l’Europe

Daniel Truchi est un calme passionné. Il connaît tous les outils financiers et aime les opérations complexes. Pour le compte de ses clients asiatiques et européens, il gère les actifs financiers, mais pas seulement. «Nous investissons aussi dans le vin, l’immobilier, l’art ou les pierres précieuses.»

Daniel Truchi se sent bien en Suisse mais s’inquiète pour l’Europe, dont il ne voit pas de sortie rapide de crise. Il retourne souvent en Asie où il conserve de nombreux contacts. Là-bas, «on a une vision court terme dans le business, mais c’est l’aspect long terme et la pérennité que je recherche dans la relation…». Indéniablement, il a trouvé les deux. 

www.suisse-entrepreneurs.com

Catherine Nivez
Catherine Nivez

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste en France depuis 1990, d’abord comme reporter et journaliste dans le secteur de la musique, puis dans les nouvelles technologies, internet et l’entrepreneuriat. Après 20 ans en France, elle migre en Suisse et à Genève où elle vit et travaille désormais sur sa nouvelle passion: l’alimentation et la santé.

Elle a fait l’essentiel de son parcours dans l’audiovisuel français (France Inter, France Info, Europe1, ou encore Canal+). Désormais journaliste freelance en Suisse, elle a signé une série d’articles pour le quotidien suisse romand Le Temps et travaille désormais pour Bilan.

Vous pouvez aussi retrouver ses blogs : www.suisse-entrepreneurs.com, galerie de portraits des entrepreneurs qu'elle côtoie en Suisse, et sur LE BONJUS son nouveau blog consacré aux jus et à l’alimentation.

Du même auteur:

Philip Queffelec, l’avion dans le sang
Xavier Casile, le pubard de la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."