Bilan

Croissance à deux chiffres pour Sika

L'entreprise a enregistré une forte progression depuis le début de l'année, dans toutes les régions. Elle espère franchir pour la première fois la barre des 7 milliards de recettes pour 2018.

Le chiffre d'affaires en Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) a bondi de 14,4% sur un an. La nouvelle région Amériques a vu ses ventes progresser de 13%.

Crédits: keystone

Le chimiste du bâtiment Sika a enregistré une forte progression des résultats sur les neuf premiers mois de l'année, autant au niveau des ventes que de la rentabilité, conformément aux prévisions du marché. Le groupe zougois a confirmé ses objectifs pour l'ensemble de l'année et se dit optimiste pour la suite. L'action décollait suite à ces nouvelles. Le directeur général table sur une marge brute à nouveau de 54-55% en 2019.

"La croissance dans le nouveau segment Global Business et la région Europe, Moyen-Orient et Afrique est très réjouissante", a souligné le directeur général Paul Schuler, cité jeudi dans un communiqué. Le chiffre d'affaires net a bondi de 15% sur un an à 5,3 milliards de francs, tandis que le résultat d'exploitation (Ebit) a progressé de 9% à 728,9 millions entre janvier et fin septembre, a détaillé Sika.

Lire aussiSika et Saint-Gobain trouvent un accord après plus de trois ans de litige

Le bénéfice net s'est quant à lui fixé à 527,7 millions de francs, en croissance de 10,5% comparé aux neuf premiers mois de 2017. L'entreprise de Baar a pu compenser en partie par une augmentation des tarifs les hausses des prix des matières premières ainsi que les coûts liés à l'intégration de sociétés acquises par l'augmentation des volumes.

Europe et Amériques en forme

Sika a répondu dans l'ensemble aux attentes des analystes interrogés par AWP, autant au niveau des recettes que de la rentabilité opérationnelle et nette. Par région, le chiffre d'affaires en Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) a bondi de 14,4% sur un an. La nouvelle région Amériques a vu ses ventes progresser de 13%, grâce notamment aux Etats-Unis, au Mexique, à l'Argentine et au Brésil. La région Asie-Pacifique a pour sa part connu une hausse des recettes de 4,8%, tirée par la Chine et l'Inde.

Quant au segment Global Business, son chiffre d'affaires s'est envolé de presque un tiers (+29,9%) dont 22,7% sont imputables à l'acquisition de Faist ChemTec. Cette division est dédiée entre autres au secteur automobile.

Les matières premières pèsent

L'entreprise a confirmé viser pour l'année une croissance des ventes de plus de 10% et espère franchir pour la première fois la barre des 7 milliards de recettes. L'Ebit et le bénéfice net devraient afficher une croissance à deux chiffres, malgré la hausse du prix des matières premières.

La progression en 2018 sera nourrie en partie par l'ouverture d'au moins huit nouvelles usines, dont six déjà réalisées, et d'autres acquisitions dans le marché très fragmenté de la chimie du bâtiment, selon le communiqué. Concernant 2019, le directeur général s'est dit "confiant pour une marge brute de l'ordre de 54 à 55%". Sika a augmenté trois fois ses prix de vente, dont la dernière fois en septembre. Dans le même temps, les prix des matières premières s'améliorent. La tendance de ces prix pour les matières qui importent à Sika s'est déjà stabilisée en octobre. La société reviendrait au niveau de la marge brute de 2016. La marge brute du groupe est passée de 55,3% en 2016 à 53,2% au cours des neuf premiers mois de 2018.

UBS relève que Sika a continué à accélérer au 3e trimestre, mais pointe du doigt l'affaiblissement de la marge brute en raison des acquisitions. "Il s'agit du 4e trimestre consécutif où la marge se replie pour Sika, même si la croissance reste dynamique", écrit l'analyste. A l'exception de la marge, les résultats sont cependant légèrement supérieurs aux attentes de la banque aux trois clés.

Comme sa consoeur, Vontobel met en exergue que la marge Ebit au 3e partiel a perdu 100 points de base à 15,3%, un repli imputable notamment au renchérissement des matières premières. Sika anticipe le rétablissement de cette marge pour le premier semestre 2019, rappelle la banque privée zuirchoise. L'analyste espère que le groupe zougois continuera à améliorer ses sources d'approvisionnement en matières premières pour éviter une trop grande dépendance par rapport à certains fournisseurs.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."