Bilan

Credit Suisse, en recul au 3e trimestre, rassure ses actionnaires

La grande banque Credit Suisse a subi au troisième trimestre une contraction de ses revenus, alors que les charges ont pris de l'embonpoint, sous l'effet des coûts de la restructuration annoncée en juillet. Malgré une baisse des résultats, le numéro deux bancaire helvétique confirme le versement d'une deuxième tranche de dividende et annonce la reprise du programme de rachat d'actions suspendu jusqu'ici.

A l'échelle du groupe, les dépenses ont pris 5% à 4,30 milliards, alourdies notamment par des coûts de restructuration de 107 millions.

Crédits: Keystone

L'ombre du coronavirus a continué à planer sur les activités de Credit Suisse au troisième partiel. Après avoir provisionné 296 millions au deuxième trimestre pour couvrir le risque de crédit, la banque aux deux voiles a mis de côté 94 millions, indique-t-elle jeudi. Une somme de 152 millions a également été réservée pour le règlement éventuel de litiges "majeurs".

Entre juillet et septembre, les recettes ont atteint 5,20 milliards de francs, en recul de 2% sur un an, explique le communiqué. Dans la gestion de fortune, priorité stratégique pour la grande banque, les recettes totales ont baissé de 10% à 2,3 milliards de francs, avec un recul pour les deux divisions concernées.

Vaisseau amiral du groupe, la banque universelle suisse a également accusé une baisse, de 6%, du produit d'exploitation à 1,29 milliard.

La bonne performance est à chercher du côté de la toute nouvelle division de banque d'affaires, issue de la fusion de Global Markets et Investment Banking and Capital Markets, l'une des principales mesures de la restructuration annoncée en juillet. Ces activités ont généré des recettes en hausse de 11% à 2,25 milliards.

La nouvelle division est par ailleurs la seule à dépasser - et largement - les prévisions en termes de bénéfice avant impôts.

Comparaison élevée


A l'échelle du groupe, les dépenses ont pris 5% à 4,30 milliards, alourdies notamment par des coûts de restructuration de 107 millions.

Le bénéfice avant impôts s'est étiolé de 30% à 803 millions de francs, tandis que le résultat net a plongé de 38% à 546 millions. Ces indicateurs ont souffert d'une base de comparaison élevée, CredA l'échelle du groupe, les dépenses ont pris 5% à 4,30 milliards, alourdies notamment par des coûts de restructuration de 107 millions.
it Suisse ayant profité au 3e trimestre 2019 d'un gain exceptionnel après la cession de sa plateforme de fonds InvestLab à Allfunds.

Les chiffres publiés au niveau groupe s'inscrivent dans le bas de la fourchette des prévisions des analystes interrogés par AWP.

"Malgré la pandémie de Covid-19 et de fortes turbulences sur les marchés des changes en raison de la force du franc suisse, notre performance des neuf premiers mois de cette année a été très bonne", indique le directeur général Thomas Gottstein, cité dans le communiqué.

Le ratio de fonds propres durs a pris 0,5 point de pourcentage sur trois mois à 13,0%.

Le conseil d'administration va proposer lors de l'assemblée générale extraordinaire du 27 novembre le versement de la deuxième tranche de dividende 2019 de 0,1388 franc par titre. Cette "division" de la rémunération avait été décidée suite à des discussions avec le régulateur Finma, dans un contexte rendu difficile par la crise sanitaire.

Le groupe zurichois entend par ailleurs reprendre son programme de rachat d'actions en janvier, pour un volume maximal de 1,5 milliard de francs, dont 1 milliard au moins l'année prochaine.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."