Bilan

Conflit Migros-Piller: la facture de 1,7 million est justifiée, affirme Piller

La fiduciaire FIDAG, basée à Sion, a analysé la régularité comptable et financière de la relation entre les sociétés qui ont construit les magasins de Belfaux et La Roche et MNF. La société GBL Management, basée à La Tour-de-Peilz (VD), a vérifié pour sa part tous les aspects techniques.

Ces audits font suite aux accusations de la Fédération des coopératives Migros (FCM), à Zurich, et de la coopérative régionale Migros Neuchâtel-Fribourg à l'encontre de Damien Piller.

Crédits: Keystone

Terrassements, maçonnerie ou chauffage: deux montants de 864'000 francs toutes taxes comprises correspondent bien à des prestations fournies, affirme Damien Piller. Ces prestations sont liées à la construction de magasins Migros à Belfaux et à La Roche (FR).

Les quittances

"Il y a toutes les quittances, a indiqué Damien Piller, président de l'administration de Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF), lors d'une conférence de presse lundi à Fribourg. Tout est parfaitement clair et limpide." L'homme d'affaires fribourgeois a demandé deux rapports à des personnes "que je ne connais pas", a-t-il précisé.

La fiduciaire FIDAG, basée à Sion, a analysé la régularité comptable et financière de la relation entre les sociétés qui ont construit les magasins de Belfaux et La Roche et MNF. La société GBL Management, basée à La Tour-de-Peilz (VD), a vérifié pour sa part tous les aspects techniques.

Les deux rapports concluent que les deux montants de 800'000 francs hors taxes sont liés aux activités des différents corps de métiers ayant oeuvré sur les chantiers. Par ailleurs, ils avancent que les coûts totaux des deux magasins se situent dans la fourchette usuelle, soit 2,6 millions pour Belfaux et 2,8 millions pour La Roche.

1,7 million litigieux

Ces audits font suite aux accusations de la Fédération des coopératives Migros (FCM), à Zurich, et de la coopérative régionale Migros Neuchâtel-Fribourg à l'encontre de Damien Piller. Il lui est reproché d'avoir facturé un montant "injustifié" de 1,7 million de francs, via ses sociétés Anura et Constructor.

La FCM et MNF avaient indiqué que les expertises demandées n'avaient pas pu fournir les contre-prestations demandées. Damien Piller, lui, regrette que la direction de MNF ait refusé de soumettre les dossiers complets des constructions et de répondre aux experts, dans le cadre du rapport Hughes, commandé par l'administration MNF et qui blanchit l'homme d'affaires.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."