Bilan

Comment revendre une chambre d’hôtel non-remboursable?

Des sites internet proposent depuis peu de revendre une réservation d’hôtel non-remboursable. Si le service s’est pour l’instant développé majoritairement en France, il arrive en Suisse.
  • Trocotel.com propose également des chambres d'hôtel à prix cassé.

    Crédits: Elvis Barukcic / AFP
  • Roomroom.com propose de revendre une réservation d’hôtel non-remboursable.

    Crédits: roomroom.com
  • Plusieurs sites internet proposent de revendre une réservation d’hôtel non-remboursable.

    Crédits: Franck Fife / AFP

Une nuit d’hôtel 70% moins chère. Rien de nouveau au premier abord. Sauf que la nuit proposée avec ce rabais a déjà été achetée une fois. Plusieurs sites internet proposent en effet de revendre une réservation d’hôtel non-remboursable. Un vol annulé? Un empêchement de dernière minute? Revendre sa nuit d’hôtel a un double intérêt. Pour le vendeur, cela évite de perdre l’entièreté de l’argent déboursé pour l’achat de la chambre. Tandis que l’acheteur peut s’offrir une chambre à moindre coût.

Les réductions dépendent souvent du nombre de jours restant avant la réservation. En effet, plus la date du voyage approche, plus il est difficile de vendre sa chambre. Roomroom.com est un des sites proposant ce service. «Le vendeur est libre de fixer le prix qu’il souhaite, explique Michel Athenour, président d’Autrement, la société qui a lancé Roomroom.com. Nous lui conseillons simplement une fourchette.» L’essentiel des offres de ce site, mis sur pied il y a deux mois, propose une réduction allant de 30 à 80%. Les chambres vont d’une dizaine d’euros à plus de 600.

Tiers de confiance

Une aubaine pour l’acheteur. D’autant plus qu’il n’a à se soucier de rien. En effet, les sites internet proposant de revendre une réservation opèrent comme tiers de confiance. Afin de garantir l’existence de la chambre, les vendeurs doivent leur envoyer le numéro de réservation. L’hôtel est prévenu dès la mise en ligne de l’offre et on se charge du changement de nom de la réservation. Le paiement est déclenché seulement si l’acheteur a bien passé la nuit, ce qui lui procure une sécurité de plus. Si la vente a lieu, l’entreprise prend en contrepartie une commission imputable aux vendeurs. Elle s’élève à 15% pour Roomroom.com. 12% pour Trocotel.com, un autre site proposant les mêmes services.

Pour l’instant, les offres du site internet de la société Autrement, spécialisée à l’origine dans la comparaison d’hôtels et basée à Marseille, se concentre essentiellement sur le secteur français. Roomroom.com propose à l’heure actuelle environ 200 offres. L’objectif est d’atteindre 800 à 1000 offres d’ici la fin de l’année 2015. Et de développer le marché suisse.

Plusieurs offres en Suisse romande

Le PDG de Trocotel.com, Etienne Merlo, espère pour sa part doubler, voire tripler, l’offre disponible d’ici le mois de décembre 2015. Egalement basée en France, la plateforme propose environ 140 offres par mois, dont plusieurs en Suisse romande. La plupart entre Genève et Rolle. A l’image de cette chambre double dans un quatre étoiles au centre de Genève à 161 euros au lieu de 248. Une réduction de 35%. «Notre clientèle en Suisse est principalement constituée d’hommes d’affaires», précise Etienne Merlo. Il espère qu’elle deviendra plus familiale avec les vacances d’été.

Les hôteliers avec qui Michel Athenour entre en contact ne sont, selon lui, pas opposés à ce service. Cela les «arrangerait» même. Pourtant, certains établissements n’hésitent pas à revendre à la dernière minute des chambres non-remboursables et ne pouvant être annulées. Ce qui leur assure un double bénéfice. Pierre-André Michoud, hôtelier à Yverdon-les-Bains, avoue n’avoir jamais entendu parler de ces services. Le vice-président d’hotelleriesuisse tient à rappeler que les chambres non-remboursables sont déjà vendues à prix réduit et que les clients doivent assumer leur choix. Il n’est pas pour autant contre le service que proposent ces nouveaux sites internet, tant que les commissions sont à la charge de celui qui revend la chambre. «C’est une bonne idée, affirme-t-il. Ce que nous voulons, in fine, c’est du monde dans notre hôtel.»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."