Bilan

Comment la Silicon Valley dope sa créativité au LSD

Toujours plus de jeunes geeks ont recours à cette drogue à des doses minimes ingérées quotidiennement. Les effets sont décrits comme bluffants. Du moins, au début.

La prise de LSD en microdose faciliterait le "out-of-the-box thinking".

Dans la Silicon Valley, les start-uppers auraient découvert un nouveau moyen de doper leur créativité au travail : ingérer quotidiennement une dose minime de LSD. Sous cette forme, cette drogue hallucinogène permettrait de se concentrer sur une tâche jusqu’à trois à quatre heures, au lieu de deux en temps normal, et d’émettre bien plus de nouvelles idées. Ce traitement faciliterait le « out-of-the-box thinking » tout en générant un sentiment d’euphorie. Une microdose de LSD s’élève à 10 ou 15 microgramme, alors qu’il faut en avaler 150 grammes pour un trip standard.

Cette mode du micro-dosing trouve son origine dans l’ouvrage du médecin James Fadiman, « The Psychedelic Explorer’s Guide » (2011). Le chercheur y écrit qu’un nombre croissant de programmeurs de la Silicon Valley se sont mis à consommer du LSD pour aller travailler, car grâce à cette drogue, ils se trouvent plus créatifs, plus efficaces et plus détendus. L’information a été diffusée au grand public en novembre dernier par le Rolling Stone américain.

Lire aussi: Nu au travail: une expérience menée dans une start-up de la Silicon Valley

A un dosage très faible, cet hallucinogène aurait un effet amplificateur sur la perception. Le consommateur se sent plus énergique et plus perceptif, mais moins que lors d’un vrai trip. « Les sujets disent manger et dormir mieux et reprennent souvent la pratique du yoga ou de la médiation. C’est comme si les messages passaient mieux à travers leur corps. A la fin de la journée, ils ont le sentiment d’avoir passé une vraie bonne journée, où tout a bien fonctionné », explique James Fadiman à Vice.

Selon Rick Doblin, fondateur des « Multidisciplinary Association of Psychedelics Studies » cité par Rolling Stone, le LSD passerait auprès des jeunes adultes les plus doués pour un substitut « plus sain » que l’Adderall. Psychostimulant constitué d’une combinaison de quatre sels d’amphétamine, ce médicament contre l’hyperactivité est connu des étudiants américains pour augmenter leurs capacités en raisonnement et mémorisation.

De nombreuses voix s’élèvent parallèlement pour mettre un bémol à cet emballement. Témoignant chez Reply All, l’émission web de PJ Vogt, un adepte rapporte que ses collègues l’ont trouvé « maniaque et bizarre ». Un journaliste du mensuel Technikart a quant à lui testé la prise de microdoses de LSD sur un mois. Si les premiers jours, une légère euphorie accompagnée d’une concentration accrue dope en effet ses capacités, les effets bénéfiques font rapidement place la désorientation. L’auteur de l’article avoue avoir de plus en plus de mal à s’organiser ainsi qu’à trouver une adresse dans Paris.

Lire aussi: 70 bougies pour le premier trip au LSD

Sur son site, la Fondation privée Addiction Suisse rappelle : « A côté d’un "dérèglement positif du moi" (une perte du contrôle de soi et de la réalité perçus comme agréables), les drogues hallucinogènes peuvent aussi provoquer un "dérèglement négatif du moi" (horrortrip). La consommation de drogues hallucinogènes implique aussi des risques physiques considérables. »

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."