Bilan

Carsten Schloter voulait quitter Swisscom

Avant de se suicider, le directeur général de Swisscom recherchait activement un nouveau poste et s'était mis en relation avec des recruteurs, selon le magazine Bilanz.
  • Carsten Schloter avait rejoint Swisscom en 2000 et avait été nommé directeur général en 2006. Crédits: Keystone
  • Selon un communiqué de Swisscom, la police privilégie la piste du suicide. Crédits: Reuters
  • La direction générale est occupée par intérim par son suppléant Urs Schlaeppi, jusqu'ici responsable de Swisscom Suisse. Crédits: Keystone
  • Hansueli Loosli, président du Conseil d'administration de Swisscom, a présenté ses condoléances à la famille et aux proches de Carsten Schloter: «Le Conseil d'administration, la Direction et les employés du groupe sont profondément affligés», a-t-il communiqué. Crédits: Keystone
  • Le CEO de Swisscom avait 49 ans et était père de trois enfants. Crédits: Reuters
  • En amateur de montagne, il avait participé à deux reprises à la Patrouille des glaciers. Crédits: Keystone
  • D'origine allemande, Carsten Schloter était parfaitement bilingue. Il avait passé une grande partie de sa jeunesse à Paris, où il avait étudié l'Economie. Crédits: Keystone
  • Avec un revenu annuel de 1,8 millions de francs, le patron de Swisscom était visé par l'initiative «1:12» mais n'avait pas publiquement attaqué le texte. Crédits: Reuters
  • Carsten Schloter avait débuté sa carrière chez le constructeur automobile Mercedes-Benz en 1992 avant de se tourner vers le secteur des télécommunications. Crédits: Keystone
Carsten Schloter voulait quitter Swisscom, comme le rapporte le magazine «Bilanz» qui explique que le directeur général s'était mis en relation avec trois recruteurs au moins.

Carsten Schloter négociait un poste de directeur au sein d'une coentreprise formée par le fabricant suisse de vélos BMC/Stromer, Swisscom, Google et le fabricant américain de véhicules électriques Tesla. Le lancement était prévu pour 2014, ajoute Bilanz.

Des tensions avec le président de Swisscom

Le magazine fait également état de rapports difficiles avec le président du conseil administration Hansueli Loosli. Ce dernier n'a pas voulu commenter. Quant à Swisscom, il se contente de rappeler que Carsten Schloter avait approuvé et soutenu la nouvelle organisation à l'occasion d'une séance du conseil en mai. Les tensions avaient atteint un tel point que la conseillère fédérale Doris Leuthard, en charge du DETEC, était intervenue mais sans succès, ajoute le magazine.

Carsten Schloter avait laissé une lettre d'adieu avant de mettre fin à ses jours à la fin juillet. Il y évoquait notamment des raisons privées, la situation familiale du disparu y jouant un rôle central, selon le Tages-Anzeiger. D'après le journal Schweiz am Sonntag qui cite un proche, il souffrait d'un syndrome classique de Burn-out.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."