Bilan

Bons résultats mais perspectives moroses pour Nike

Le groupe à la virgule a enregistré un bond de 22% de son bénéfice net pour son second trimestre, mais les commandes ont cru à un rythme plus faible que prévu.

"Nous avons observé dans certains pays comme le Brésil que l'environnement macroéconomique a commencé à affecter la confiance des consommateurs. Nous gardons aussi un oeil sur la Russie", a expliqué le PDG Mark Parker lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

Crédits: DR

Le groupe américain d'articles de sports Nike a dépassé les attentes au deuxième trimestre de son exercice décalé mais sa performance dans les prochains mois pourrait être affectée par des effets de change défavorables, a-t-il averti jeudi.

Cette inquiétude faisait décrocher l'action de 2,86% à 94,30 USD dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall street.

Baromètre des ventes futures, les commandes de chaussures et de vêtements ont augmenté de 7% sur un an en tenant compte des effets de change, a annoncé dans un communiqué l'entreprise. Hors effets de change, la hausse est de 11%, quasi-conforme aux attentes (11,3%).

C'est le rythme de croissance le plus faible de cet indicateur depuis quatre trimestres.

Ces produits doivent être livrés entre décembre et avril prochain. La hausse des commandes n'est que de 1%, contre 7% attendus, dans les pays émergents (Brésil, Mexique et Asie-Pacifique hors Japon) et de 13%, contre 15% attendus, en Europe de l'Ouest. L'Amérique du Nord (+13%) et la Chine (+13%) échappent au marasme.

Nike, qui habille et chausse les stars de football et de basket, réalise une bonne partie de ses ventes hors de ses bases nord-américaines. Or, avec le raffermissement du dollar face aux principales devises, l'argent qu'il gagne fond quand il convertit ses ventes en billet vert.

"Nous avons observé dans certains pays comme le Brésil que l'environnement macroéconomique a commencé à affecter la confiance des consommateurs. Nous gardons aussi un oeil sur la Russie", a expliqué le PDG Mark Parker lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

Sur les trois mois achevés fin novembre correspondant à son deuxième trimestre de son exercice 2014/2015, le groupe de l'Oregon (nord-ouest) a pourtant dépassé les attentes.

Il a enregistré un bond de 22% sur un an de son bénéfice net à 655 mio USD, grâce à une amélioration de ses marges.

Ce résultat se traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 74 cents, contre 70 attendus en moyenne par les analystes.

Le chiffre d'affaires est également au-dessus de la prévision médiane des analystes en ressortant à 7,4 mrd USD (+18% sur un an), contre 7,15 mrd USD attendus.

Les recettes de la marque à la virgule (The Swoosh) ont augmenté de 17% à 7,0 mrd USD et celles de la griffe de tennis en toile Converse de 24% à 434 mio USD.

Pour s'imposer en Asie et en Europe ("terre" de son éternel rival Adidas), Nike compte toujours sur ses classiques, notamment les ventes des modèles de chaussures accolés aux stars du basket-ball (Lebron James, Kobe Bryant et Kevin Durant et la légende Michael Jordan).

Sa marge brute trimestrielle (revenus moins coûts de fabrication) s'est améliorée de 120 points de base, à 45,1% comparé à la même période il y a un an.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."