Bilan

Bientôt 40% de part de substituts à la cigarette

La lutte antitabac continue, et l'industrie de la cigarette veut être associée aux efforts. Philip Morris a réaffirmé lundi son objectif de développer "un monde sans fumée", en marge de la réunion des Etats parties de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac, à Genève.

Vapoter remplace de plus en plus la cigarette traditionnelle.

Crédits: DR

 L'industrie de la cigarette souhaite être associée étroitement aux discussions visant à combattre le tabagisme. En marge de la 8e réunion des Etats parties de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac à Genève (COP8), Philip Morris a rappelé lundi son objectif visant "un monde sans fumée", via le développement de ses produits alternatifs comme le tabac à chauffer ou l'e-cigarette. Des produits réputés comme moins nocifs.

Remplacer la cigarette traditionnelle

L'an dernier, les divers substituts à la cigarette ont représenté 13% du chiffre d'affaires mondial de PMI. Cette part devrait atteindre 16% pour 2018 et 38% en 2025, a indiqué Livio Vanghetti. Moira Gilchrist estime de son côté que ces produits de substitution ont un potentiel de ventes très important. PMI a investi au total plus 4,5 milliards de dollars depuis 2008 dans la recherche et le développement de ses produits sans fumée, dont 120 millions récemment dans son centre de recherche et développement (R&D) à Neuchâtel.

Les cigarettiers font valoir que les nouveaux produits permettent d'éliminer 90% ou plus des substances toxiques contenues dans la cigarette traditionnelle. "Nous demandons une imposition qui tienne compte du profil de risque de chaque produit", a plaidé Livio Vanghetti. "Nos connaissances et données scientifiques seraient très utiles aux participants de la Convention."

Partie prenante

La Suisse est très importante pour les cigarettiers. Outre Philip Morris, British American Tobacco (BAT) y est très présent, à Lausanne et Boncourt, tandis que Japan Tobacco International (JTI) possède son siège mondial à Genève. Selon un rapport de KPMG d'octobre 2017, les entreprises du secteur du tabac apportent une contribution totale de 6,3 milliards de francs à l'économie suisse et représentent quelque 11'500 emplois.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."