Bilan

Bentley, Jaguar et Rolls Royce se lancent aussi dans le SUV

Après Mercedes et BMW dans les années 1990, puis Volvo et Audi plus récemment, trois autres constructeurs automobiles se lancent dans le SUV.
  • Dès 2016, Jaguar va commercialiser son modèle F-Pace, dérivé du Concept C-X17 présenté depuis deux ans sur les salons automobiles du monde entier.

    Crédits: Image: Jaguar
  • Avec le modèle Bentayga, Bentley entre dans l'univers des SUV.

    Crédits: Image: DR
  • Bastion du grand luxe, Rolls Royce aussi va commercialiser un modèle SUV.

    Crédits: Image: DR

Depuis la fin des années 1990, chaque marque se doit d'avoir son SUV. Le Sport Utility Vehicle (véhicule de sport utilitaire, disent les Québecois) représente près de 5% du marché automobile en volumes (contre 1% en 2000) et pas loin de 10% en valeurs. Parti des grands espaces du Middle West américain, ce segment de véhicule a progressivement conquis le monde entier et représente une vitrine haut de gamme pour les constructeurs: volumes imposants, matériaux précieux, motorisation puissante, lignes fortes,... on est loin aujourd'hui des 4x4 qui servaient aux baroudeurs à sortir des routes et des itinéraires très fréquentés pour tracer leur sillage dans la boue et les gués.

Logiquement, la montée en gamme de ce type de modèles a été suivie par une éclosion de SUV chez les constructeurs du segment luxe. Les rivaux allemands Mercedes et BMW avaient ouverte le bal dès 1997 et 2000 avec les modèles Classe M et X5. Volvo avait suivi avec le XC90 en 2002, de même que Porsche avec son Cayenne en 2003, Audi avec sa série Q (Q7, Q5, Q3) à partir de 2007, Lexus avec ses RX puis NX (plusieurs évolutions entre 1998 et 2014),... Mais les fabricants britanniques résistaient jusqu'alors davantage que leurs homologues allemands.

Le Bentley Bentayga devient réalité

Une brèche a été ouverte dès le salon de l'auto de Genève 2012 avec la présentation du Concept EXP9F par Bentley. Trois ans plus tard, une vidéo de démonstration présentait certaines performances dans le sable du modèle baptisé Bentayga et destiné à être produit en série et commercialisé dès 2016.

La marque anglaise qui appartient au groupe Volkswagen a annoncé par la voix de son CEO Wolfgang Durheimer que plus de 4000 commandes avaient déjà enregistrées. Une attention toute particulière a été accordée aux textures des matériaux choisis par la direction du groupe.

Face au groupe de Wolfsburg, le groupe BMW a aussi sa marque de luxe anglaise qui n'avait pas encore proposé de SUV: Rolls Royce ne propose pour le moment que cinq modèles (trois versions de la gamme Phantom, Ghost et Wraith). Mais ce mercredi 18 février, Peter Schwarzenbauer et Torsten Mueller-Oetvoes, respectivement chairman et CEO de Rolls Royce, ont fait paraître une lettre ouverte annonçant la prochaine fabrication et commercialisation d'un modèle «capable de maîtriser tout type de terrain», avec «une garde au sol surélevée» et des prestations de «luxe en toute simplicité», soit la définition d'un SUV.

Une troisième marque britannique arrivera avec un SUV dès 2016: Jaguar a présenté son Concept C-X17 dès 2013 et va commercialiser une déclinaison en série baptisée F-Pace dès 2016. Pour Jaguar, il s'agira là aussi d'un essai de s'implanter sur cette niche très lucrative du SUV. La marque, qui appartient depuis 2008 au groupe indien Tata, mise beaucoup sur ce modèle pour confirmer le rebond des ventes observé ces dernières années, notamment en Inde, en Allemagne et en Amérique du Nord.

Le bastion anglais du luxe résistait jusqu'à récemment à la mode des SUV, ou plutôt le laissait à un constructeur historiquement présent sur ce créneau, Land Rover, qui avait créé les premiers modèles du genre en Europe, des 4x4 haut de gamme, dès les années 1970. Ironie de l'histoire: ce joyau de l'industrie britannique appartient aussi au groupe Tata, comme Jaguar. Et connaît aussi un joli succès en termes de ventes depuis trois ans. Un juste retour des choses pour ce précurseur du genre qui voit ses voisins arriver (tardivement) sur ce créneau.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."