Bilan

Bénéfice net réduit de moitié pour Dufry

Conséquence notamment des coûts liés aux acquisitions, Dufry a vu son bénéfice net attribuable aux actionnaires chuter de plus de moitié (-53,5%) au premier semestre 2013 à 28,9 millions de francs.
Le bénéfice net de Dufry est en baisse de moitié au premier semestre 2013.

Les ventes de l'exploitant bâlois de boutiques hors taxes ont en revanche crû de 9,9% en l'espace d'un an à 1,67 milliard.

La croissance des ventes a connu une accélération au cours du deuxième trimestre, a indiqué mercredi Dufry. La société établie à Bâle mentionne notamment une forte progression des opérations en Grèce, pays où ses activités, via une participation majoritaire dans Folli Follie, sont consolidées depuis avril dernier.

Au niveau opérationnel, Dufry a dégagé un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) en recul de 0,9% sur un an à 218,1 millions de francs, avec une marge en contraction de 1,4 point à 13,1%. Les charges financières ont grimpé à 44,5 millions, contre 36,1 millions un an auparavant.

La multinationale des bords du Rhin attribue l'essentiel du tassement de sa rentabilité à l'acquisition de Folli Follie. Mais elle a aussi souffert de la hausse des dépenses liées au renouvellement de la concession pour ses opérations à l'aéroport international Guarulhos de São Paulo, au Brésil.

Dépenses en hausse

Les coûts liés aux ventes ont ainsi augmenté à 392,3 millions de francs, contre 331,1 millions après six mois en 2012. Les charges liéees au personnel ont elles aussi crû de 234,7 à 256,7 millions, tout comme celles liées à l'exploitation générale du groupe, ces dernières passant de 105,9 à 113,9 millions.

A l'exception du chiffre d'affaires, les chiffres présentés mercredi se sont inscrits en deçà des attentes des analystes. Interrogés par l'agence AWP, ceux-ci escomptaient notamment un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 39,3 millions de francs ainsi qu'un EBITDA de 222,1 millions.

Dans le détail des ventes, celles de la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA) et Asie ont bondi de 33,9% à 498,8 millions de francs. Corrigée des acquisitions, la croissance a atteint 6%. Folli Follie, dont l'intégration est en bonne voie, a contribué à 27,9% du chiffre d'affaires de la région.

En Amérique du Sud, Dufry a continué de souffrir de la faillite de la compagnie aérienne Pluna en Uruguay et en Argentine. Les ventes se sont ainsi contractées de 1,7% à 376,5 millions de francs dans la région America I. La zone America II, avec le Brésil, a vu son chiffre d'affaires se tasser de 4,1% à 342,6 millions.

Croissance en Amérique du Nord

En revanche, les ventes ont augmenté de 8,6% aux Etats-Unis et au Canada à 420,1 millions de francs. Pour la suite de l'exercice, le groupe rhénan anticipe une confirmation de l'accélération de la croissance de ses activités au second semestre.

Dufry compte notamment développer ses activités en acquérant de nouveaux espaces de vente, à l'image du contrat signé à Bali. Le nouvel espace commercial à l'aéroport de São Paulo devrait contribuer à la croissance des ventes.

Sanction du marché

Les investisseurs ont eux sanctionné la performance de Dufry. Vers 11h45 à la Bourse suisse, le titre du groupe bâlois chutait de 1,77% par rapport à la clôture de la veille à 121,80 francs, dans un marché élargi Swiss Performance Index (SPI) en repli de 0,28%.
Myriam Amara

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Globus à la baisse en 2012
Mario Monti ouvrira la grand-messe davosienne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."