Bilan

Belle croissance pour Roche, portée par les Etats-Unis

Le géant pharmaceutique a enregistré une croissance globale de 7% depuis le début de l'année, engrangeant ainsi un chiffre d'affaires de 42,08 milliards de francs.

Les Etats-Unis ont notamment alimenté la croissance de l'unité Pharmaceuticals, avec une progression de 13%.

Crédits: keystone

Le laboratoire Roche a enregistré sur les neuf premiers mois de l'année une poussée de croissance de 7% en comparaison annuelle et un chiffre d'affaires de 42,08 milliards de francs. La direction a reconduit dans la foulée ses projections pour l'ensemble de l'exercice.

La performance a été portée de manière équilibrée par les deux divisions, Pharmaceuticals et Diagnostics, dont les recettes ont atteint respectivement 32,70 et 9,38 milliards de francs. Les Etats-Unis notamment ont alimenté la croissance de l'unité Pharmaceuticals, avec une progression de 13% (14% hors effets de changes) à 17,19 milliards.

Lire aussiRoche lance deux applications d'aide aux décisions cliniques

Le Vieux continent en revanche a essuyé un repli de 2% (-8% hors variations monétaires) à 6,61 milliards de francs, égraine le compte-rendu intermédiaire d'activité, publié mercredi. Le recul en Europe est attribué au déclin des moteurs de ventes vieillissant que représentent les anticancéreux Mabthera/Rituxan (-48% à 731 millions) et Herceptin (-10% à 1,50 milliard), pour lesquels la concurrence des biosimilaires se fait toujours plus sentir. La contribution de l'Avastin s'est érodée de 2% à 1,37 milliard.

Biosimilaires en embuscade aux Etats-Unis

Ces trois médicaments phares constituent toujours à l'échelle mondiale près de la moitié des sources de revenus de Pharmaceuticals, avec 15,53 milliards de francs. "Nous prévoyons l'arrivée aux Etats-Unis de biosimilaires pour le Mabthera/Rituxan dès le premier semestre 2019 et pour l'Herceptin dès le second", a toutefois prévenu en conférence de presse le responsable de Pharmaceuticals, Daniel O'Day.

La relève assurée par l'Ocrevus contre la sclérose en plaques (1,7 milliard à l'échelle globale, multiplié par plus de deux sur un an), ainsi que les anticancéreux Tecentriq (+49% à 524 millions) et Alcensa (+79% à 437 millions) ont permis de compenser partiellement les vents contraires sur le continent européen. Non disponible l'an dernier à la même époque, le nouveau traitement prophylactique contre l'hémophilie A Hemlibra a généré 113 millions de francs.

La performance affichée par la multinationale rhénane comble largement les attentes moyennes des analystes consultés par AWP. Le consensus s'établissait pour le chiffre d'affaires du groupe à 41,99 milliards de francs. Les recettes de la division Pharma étaient anticipées à 32,57 milliards et celles de Diagnostics à 9,40 milliards. Le groupe avait relevé ses objectifs annuels au terme du premier semestre, articulant une progression des ventes hors effets de changes autour de 5%.

Le bénéfice par action de base (hors tout élément exceptionnel) doit suivre la même courbe, mais la réforme fiscale aux Etats-Unis doit ajouter une dizaine de points de pourcentage à cette évolution. La direction fait toujours miroiter une hausse non précisée de la rémunération des actionnaires.

Resistance remarquable, pour l'instant

L'excédent de recettes par rapport au consensus s'explique par une résistance plus vigoureuse des moteurs de ventes vieillissant à la concurrence des biosimilaires, ainsi que par la performance des nouveaux médicaments les plus prometteurs, analyse UBS. La Banque cantonale de Zurich (ZKB) salue l'absence persistante d'importantes traces de freinage sur la progression des revenus, à l'exception de ceux du Mabthera/Rituxan en Europe et au Japon. Dans l'attente du plein impact de la concurrence des biosimilaires toutefois, l'établissement cantonal préfère demeurer neutre sur le titre.

Baader Helvea juge de son côté que la direction pêche par excès de modestie en reconduisant ses ambitions à court terme. La performance du nouveau médicament Hemlibra contre la sclérose en plaques constitue un facteur rassurant pour les prochains partiels, alors que les biosimilaires d'apprêtent à gagner le marché américain, principal débouché planétaire pour l'industrie pharmaceutique. Pour convaincante qu'elle soit aux yeux des analystes, la performance affichée par Roche peinait à susciter l'engouement des détenteurs de capitaux. A 09h34, le bon de jouissance grappillait 0,1% à 240,85 francs, dans un SMI en hausse de 0,65%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."